Image des personnes en kayak qui lire Postulez avant le 6 juillet Le programme des gardiens de la faune Canadienne Societe pour la nature et les parcs du Canada section Nouveau-Brunswick

La SNAP NB est à la recherche d’ambassadeurs de la faune, âgés de 18 à 30 ans, pour un pour un programme de bénévolat en matière de conservation de 8 mois!

Rejoignez-nous lors d’un voyage en pleine nature dans la magnifique baie de Fundy, dans la région de St. Andrews (les 25 et 26 août 2022), pour observer les baleines, faire du kayak de mer, ainsi que pour participer à un programme local de bénévolat en matière de conservation et à un sommet régional (lieu à déterminer) – toutes dépenses payées!

Pour en savoir plus : www.snapcanada.org/pgfc ou par courriel mjellett@cpaws.org

La date limite pour présenter une demande est le 6 juillet. 

Les candidatures sont disponibles en ligne en anglais et en français :

www.cpaws.org/cwsp  (EN)
www.snapcanada.org/pgfc  (FR)

À la fin de l'hiver, par le biais d'une initiative financée par Ressources naturelles Canada, le RENB a travaillé avec le Stewardship Centre de la Colombie-Britannique et TransCoastal Adaptations en Nouvelle-Écosse afin d'explorer le potentiel de mise en œuvre d'un programme Green Shores (lien #3) ici au Nouveau-Brunswick. Merci à tous ceux et celles qui ont participé à la formation Green Shores et qui ont fourni des commentaires lors de la séance de rétroaction. Lisez notre rapport pour en savoir plus sur Green Shores ainsi que sur les possibilités et les défis liés à l'implantation du programme dans notre province. On vous garde au courant pour la suite des choses.

Cliquez ici pour lire le rapport.
Joyeuse Journée de la Terre!

En ce Jour de la Terre, nous voulons remercier tous les merveilleux groupes qui travaillent dans la province pour protéger la nature et qui font de chaque jour un Jour de la Terre !  Nous sommes très chanceux d'avoir un réseau aussi florissant, rempli de groupes et d'individus dévoués.

Nous avons travaillé en arrière-plan avec BrainWorks pour produire une vidéo mettant en vedette Sentinelles Petitcodiac Riverkeeper et le Groupe de développement durable du Pays de Cocagne soulignant la force de cette communauté.

Cette vidéo marque la fin de notre campagne du 30ème anniversaire et avec cela nous voudrions remercier nos incroyables sponsors BrainWorks, la ville de Caraquet, Manulife Securities, Omista Credit Union, Advance Savings Credit Union, RDÉE Nouveau-Brunswick, Nordais Architecture, et la ville de Shippagan. A 30 ans ! Qu'il y en ait beaucoup d'autres !

POUR PUBLICATION IMMÉDIATE
22 avril, 2022

[Moncton, N.-B.] Chaque année, le Réseau environnemental du Nouveau-Brunswick remet des prix en reconnaissance des individus et des groupes environnementaux qui travaillent à la protection et à la restauration de l'environnement du Nouveau-Brunswick. Cette année, les prix ont été remis lors du Jour de la Terre et accompagnés d'une vidéo soulignant les contributions sociales, économiques et écologiques des groupes environnementaux locaux à leurs communautés respectives.

" Alors que la pandémie et la guerre en Ukraine captent l'attention du monde entier, il est réconfortant de savoir que les gens ici au pays poursuivent leurs efforts pour protéger notre environnement commun. Le Réseau environnemental du Nouveau-Brunswick est composé de plus de 110 groupes environnementaux provenant des quatre coins de notre province et travaillant dans les deux langues officielles. Lorsqu'il s'agit de protection de l'environnement, nous sommes définitivement une province qui se surpasse ", a déclaré Tim Leblanc Murphy, directeur général du RENB.

Collectivement, les lauréats de cette année ont contribué à la protection de nos rivages, à l'éducation environnementale de nos enfants, à la lutte pour des mesures plus urgentes en matière de changement climatique, au renforcement de la souveraineté alimentaire, à l'amélioration des connaissances autochtones sur les questions aquatiques et à la conservation de précieux habitats naturels.

"En tant qu'organisation travaillant principalement sur la qualité de l'air, il est agréable de pouvoir rejoindre un réseau d'autres groupes environnementaux travaillant vers le même objectif plus large d'un environnement sain et d'une planète durable. Le succès d'un groupe est le succès de tous, alors nous sommes heureux de reconnaître ceux qui se sont démarqués au cours de la dernière année ", a déclaré Melanie Langille, présidente et directrice générale de l'Association pulmonaire du Nouveau-Brunswick et présidente du comité directeur du RENB.

Le Réseau environnemental du Nouveau-Brunswick (RENB), créé en 1991, est un réseau de communication qui relie plus de 110 organismes environnementaux sans but lucratif. Son rôle est d'améliorer la communication et la coopération entre les groupes environnementaux et entre ces groupes, le gouvernement et les autres secteurs. Le RENB n'est pas un groupe de défense des intérêts et ne prend pas position sur une question quelconque. Le RENB offre plutôt des possibilités d'éducation à ses groupes membres et associés et encourage la croissance du mouvement environnemental au Nouveau-Brunswick.

-30-

Pour tout commentaire ou pour organiser une entrevue avec l'un ou l'autre des récipiendaires des prix de cette année, veuillez contacter :

Annika Chiasson, Responsable des communications
506-855-4144
annika.chiasson@nben.ca

Lauréats des prix du RENB 2021
Fiche d'information

samaquan

Prix Samaqan


Le Prix Samaqan est décerné aux personnes qui ont consacré leurs efforts aux eaux et aux espèces qui y vivent. Cette année, le prix est décerné au Gespe'gewaq Mi'gmaq Resource Council (GMRC) pour son travail d'harmonisation des forces du savoir mi'gmaq avec les approches scientifiques occidentales afin de permettre une meilleure compréhension des problèmes d'eau qui touchent ses communautés membres.

Le GMRC est un organisme sans but lucratif dont les membres proviennent des communautés autochtones d'Eel River bar (Ugpi'ganjig), de Pabineau (Oinpegitjoig L'noeigati) et de Listuguj (Québec). Ce sont des leaders qui rassemblent les partenaires de leur territoire. Les activités principales du GMRC comprennent la gestion et l'intendance de l'habitat, ainsi que la recherche et la collecte des connaissances écologiques des Mi'gmaq.


Depuis 2007, ils ont été en mesure d'assurer un certain nombre de projets environnementaux qui ont bénéficié à nos communautés et au monde environnant, comme leur travail de restauration de l'habitat du saumon de l'Atlantique à Eel River Bar et de conservation des refuges thermiques. Leur équipe dévouée fait une différence pour les ressources aquatiques en fournissant des connaissances écologiques mi'gmaq et des recherches scientifiques impartiales pour façonner une politique publique mi'gmaq éclairée.


Gaia

Prix Gaia


Le Prix Gaia est destiné à ceux qui ont consacré leurs efforts à la terre et aux espèces qui l'habitent. Cette année, le prix est décerné à Linda Stephenson en reconnaissance du rôle déterminant qu'elle joue dans la conservation des habitats au Nouveau-Brunswick et au Canada depuis 1998.


Mme Stephenson travaille avec des organisations non gouvernementales depuis le milieu des années 1980. Elle a fait ses premiers pas dans le secteur de l'environnement au Conseil de la conservation du Nouveau-Brunswick et a également siégé au comité exécutif du Centre de données sur la conservation du Canada atlantique, au conseil d'administration du Plan conjoint des habitats de l'Est et au groupe de travail sur la foresterie du centre-sud du Nouveau-Brunswick.


En 1998, Linda Stephenson s'est jointe à Conservation de la nature Canada (CNC) avec le mandat d'établir un bureau permanent pour la région de l'Atlantique. Au cours des 18 années suivantes, Mme Stephenson a mis sur pied une solide équipe de professionnels de la conservation et de la collecte de fonds ayant une vision commune de la conservation des habitats écologiquement sensibles dans tout le Canada atlantique.


Au cours de son mandat de vice-présidente de la région de l'Atlantique, Mme Stephenson a participé personnellement à près de 315 projets distincts de conservation des terres dans tout le Canada atlantique. En recueillant les fonds nécessaires et en négociant des ententes avec des propriétaires fonciers privés consentants, CNC a réussi à négocier 148 de ces projets au Nouveau-Brunswick. Les terres humides, les forêts et les zones côtières écologiquement sensibles de la province ont été protégées avec succès pour les générations actuelles et futures.


Ces sites se trouvent aux quatre coins de la province, qu'il s'agisse de 11 projets différents concernant des terres humides et des propriétés de marais salés sur l'île Miscou, à l'extrémité nord-est du Nouveau-Brunswick, ou de cinq sites clés pour les oiseaux migrateurs sur l'île Grand Manan. Son engagement à long terme et son impact positif sur la conservation de la nature au Nouveau-Brunswick et dans la grande région de l'Atlantique auront des répercussions pendant de nombreuses années à venir.



PHOENIX

Prix Phénix


Le Prix Phénix est décerné aux personnes qui ont consacré leurs efforts à l'élaboration de politiques et de lois et qui ont traversé le feu. Cette année, le prix est remis à Nancy Juneau pour son leadership dans le mouvement environnemental de la Péninsule acadienne qui a mené à la mobilisation de sa communauté par la création d'Imaginons la péninsule acadienne autrement.


Franco-Ontarienne de naissance et Acadienne d'adoption, Nancy Juneau possède une vaste expérience professionnelle et communautaire, tant au niveau exécutif que participatif, aux niveaux local, provincial et national.  Elle a travaillé dans de nombreuses capacités, tant bénévoles que professionnelles.  En tant que consultante, formatrice et professionnelle des relations publiques, elle a travaillé dans des domaines variés allant de l'éducation, la formation, la pêche et les médias, à l'engagement social dans les droits linguistiques, les droits des femmes et plus récemment l'environnement.  


Au printemps 2015, suite à une marche pour le climat organisée à Inkerman dans le cadre de la COP 21, elle a assuré le leadership en organisant les voix des citoyens de la Péninsule acadienne vers la création d'une organisation, Imaginons la Péninsule acadienne autrement. Au fil des ans, par le biais d'événements de sensibilisation, de mobilisations citoyennes et de changements organisationnels, les qualités de visionnaire de Nancy ont contribué au succès de l'organisme.


Excellente communicatrice, elle allie une expertise en animation, en gouvernance d'organismes sans but lucratif, en planification stratégique, en planification d'événements et en relations publiques à de solides compétences en travail d'équipe et en leadership consensuel.  Grâce à son esprit de synthèse, à son bon jugement et à son sens de l'humour, elle apporte intuition, créativité et simplicité aux mandats qui lui sont confiés.


salicorne

Prix Salicorne


Le Prix Salicorne, ainsi nommé pour l'importance de cette plante dans le patrimoine acadien, est un prix spécial remis cette année en partenariat avec la Société Acadienne du Nouveau-Brunswick (SANB) à un membre du RENB qui, au cours de la dernière année, a fait preuve de leadership environnemental en français dans une des nombreuses communautés acadiennes de la province. Le prix est présenté à Serge LaRochelle du Groupe de développement durable du Pays de Cocagne pour sa passion et son engagement envers l'aménagement paysager naturel et la naturalisation, inspirant des milliers d'élèves et sa communauté acadienne de Cocagne.


Serge LaRochelle est un passionné du jardinage et de l'environnement. Il est originaire de Saint-Boniface, au Manitoba, et vit à Cocagne, au Nouveau-Brunswick, depuis 2008. Il a obtenu une maîtrise en gestion des ressources naturelles à l'Université du Manitoba et un baccalauréat en administration des affaires à l'Université d'Ottawa.


Serge travaille dans sa communauté depuis plus de 10 ans, offrant ses conseils pratiques, ses connaissances et ses compétences aux écoles et à la communauté locale. Il est bénévole au jardin communautaire de Cocagne, au dîner communautaire et à de nombreuses activités pour les jeunes. Sa force en tant que rassembleur a été essentielle à la planification des changements climatiques de Cocagne et de Grande-Digue. Récemment, il a travaillé sur des projets visant à naturaliser nos côtes afin de réduire les impacts du changement climatique sur nos communautés. L'un de ces projets, un projet de côtes vivantes dans le parc communautaire de Cocagne, a été reconnu à l'échelle nationale par la Society for Organic Urban Care pour son exemplarité en matière de gestion des espaces verts. Les gens de sa communauté apprécient ses compétences, son engagement et son sens de l'écoute.


thuja

Prix Thuja


Le Prix Thuja, ainsi nommé en l'honneur de l'arbre à longue durée de vie, est un prix spécial remis cette année en l'honneur du 30e anniversaire de l'organisation. Il est destiné à un groupe ou à une personne ayant apporté une contribution importante au RENB au cours de son histoire. Le prix Thuja est décerné à Roland Chiasson et Sabine Dietz pour leurs contributions passées et continues de leur temps et de leur expertise, et pour leur engagement exceptionnel envers le mouvement environnemental et le Réseau au cours de ses 30 ans d'histoire dans de nombreux domaines, y compris la conservation et la biodiversité, l'action climatique et l'éducation à la durabilité.


Actuellement directrice générale de CLIMAtlantic, le centre de services climatiques du Canada atlantique, Sabine a travaillé pendant plus de 30 ans sur les espèces en péril et la conservation des écosystèmes, en tant que directrice générale du Centre de la nature Cape Jourimain, pour le gouvernement du Nouveau-Brunswick, où elle a dirigé des programmes d'adaptation au changement climatique. Elle a également lancé, dirigé et travaillé sur une multitude de projets et de programmes d'adaptation au changement climatique avec et pour les municipalités, les gouvernements fédéral et provincial, et la communauté des ONG. Elle est titulaire d'un doctorat en biologie (UNB), d'une maîtrise en études environnementales de l'Université de Moncton et d'un baccalauréat en études environnementales et ressources de l'Université Trent. Elle a fait du bénévolat auprès de nombreuses organisations non gouvernementales, ayant notamment siégé au Comité directeur du Collectif d'adaptation aux changements climatiques, du Collectif sur la biodiversité et du Caucus des terres de la Couronne, au Comité des finances du RENB et au Comité consultatif du projet BRACE. Elle est actuellement présidente du conseil d'administration de Nature Canada. Elle est conseillère municipale à Sackville, au Nouveau-Brunswick, et elle aime le jardinage, la randonnée pédestre, le vélo, le kayak, le canoë et le ski de fond.


Roland travaille actuellement comme biologiste et ornithologue de la faune et comme éducateur en environnement pour l'Aster Group, une coopérative de travailleurs de l'environnement. Il est également l'un des fondateurs de Les grands penseurs se rencontrent dehors, un programme du RENB, le président de longue date de l'Alliance pour l'éducation à la viabilité du Nouveau-Brunswick, et a déjà été membre du comité directeur du RENB. Avec sa partenaire Sabine Dietz, il a lancé un programme éducatif sur la conservation du Pluvier siffleur dans la Péninsule acadienne au début des années 1990. Avant de travailler sur le Pluvier siffleur, il a eu la chance de travailler comme interprète dans la plupart des parcs nationaux du Canada atlantique. Il a obtenu un diplôme en biologie de la faune de l'Université Acadia, une maîtrise en conservation biologique et en éducation environnementale de l'Université York et un brevet d'enseignement de l'Université Mount Allison. Il est un fervent adepte du ski de fond, aime le kayak, le camping sauvage, la randonnée, le vélo et apprécie une bonne histoire de science-fiction.

The New Brunswick Anti-Shale Gas Alliance (NBASGA) has sent its comments on climate policy to the legislative committee working on the climate plan. They are available on our website to read or to download (12 pages of text, 4 of references).
https://www.noshalegasnb.ca/nbasga-comments-to-new-brunswick-climate-change-committee/

We remind everyone that the deadline for submission to the committee is midnight on Feb 24th. 
You may write your own comments, and email them to: climatechangeNBchangementsclimatiques@gnb.ca

You may also register comments by answering climate survey questions from the Committee. To do so, go to:
https://www2.gnb.ca/content/gnb/en/departments/elg/environment/content/climate_change/content/action-plan-renewal.html

At the bottom of the page click on the 'Share Your Thoughts' button to get the survey, and when you complete the survey, just click Submit.

Please feel free to use any ideas or references from NBASGA's comments.

Jim Emberger, Spokesperson

2022 02 15 CCNBPressRelease Logos

FREDERICTON, N.B. — Un sondage d’environ 300 Néo-Brunswickois mené par Oraclepoll Research au nom de la Fédération du saumon atlantique, la Société pour la nature et les parcs du Canada - Section du Nouveau-Brunswick et le Conseil de la conservation du Nouveau-Brunswick révèle que les Néo-Brunswickois sont fortement en faveur de la création de nouvelles aires protégées dans la province.

En 2019, les dirigeants du Nouveau-Brunswick ont promis d’ajouter 400 000 hectares de nouvelles terres protégées dans la province d’ici la fin de 2020. Plus d’un an après avoir dépassé cette date limite, aucune nouvelle aire ne jouit d’une protection formelle.

Selon le sondage, 90 % des Néo-Brunswickois veulent que les dirigeants de la province respectent leur engagement en 2022 et ne s’arrêtent pas là. Près de 8 répondants sur 10 (78 %) veulent que le Nouveau-Brunswick égale l’engagement fédéral d’avoir 25 % des terres protégées d’ici 2025. Il s’agit d’une hausse de 10 % comparativement aux résultats d’un sondage similaire mené en 2020.

« Protéger les forêts et l’eau douce est une solution qui nous permettra de nous prémunir contre le changement climatique et la perte d’habitat. Il s’agit de la mesure la plus concrète que nous puissions prendre pour nous assurer que les générations futures de Néo-Brunswickois pourront profiter de la nature sauvage dans cette province », affirme Bill Taylor, président de la Fédération du saumon atlantique.

Le sondage a également demandé aux Néo-Brunswickois ce qu’étaient leurs principales préoccupations au sujet de l’état des forêts de la province. Les trois réponses spontanées étaient l’exploitation forestière, les coupes à blanc et le manque de protection.

« Cette province est l’une des plus rurales du pays, et les Néo-Brunswickois sont chaque jour confrontés à la réalité des pratiques forestières industrielles, ajoute Lois Corbett, directrice générale du Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick. Il est clair que les gens aiment la nature et veulent qu’elle soit protégée. »

L’initiative Patrimoine naturel du Nouveau-Brunswick prévoit la création d’un nouveau parc le long de la rivière Restigouche. Ce projet fait l’objet de discussions depuis 2010. Selon le sondage, 82 % des répondants aimeraient que ce parc devienne réalité.

« Il ne fait aucun doute que le public est fortement en faveur de la protection de nos terres et rivières et du renforcement des liens qu’ils entretiennent avec la nature sauvage. Il est grand temps de passer de zones mises en candidature en vue de leur protection à des zones bénéficiant d’une protection véritable », poursuit Roberta Clowater, directrice générale de la Société pour la nature et les parcs du Canada – section du Nouveau-Brunswick.

Le sondage a été mené du 3 au 5 février 2022.

Pour consulter les résultats au complet, visiter ici.

Pour obtenir des photos haute résolution, visiter ici.

Faits saillants du sondage de 2022
  • 90 % des répondants sont d’avis que le gouvernement provincial devrait respecter son engagement de protéger 10 % des terres du Nouveau-Brunswick cette année.
  • 78 % estiment que le gouvernement provincial devrait faire plus et protéger 25 % des terres de la province d’ici 2025, ce qui correspondrait aux objectifs de protection du gouvernement fédéral.
  • 79 % indiquent qu’il est important que les nouvelles aires protégées protègent la faune alors que 77 % disent qu’elles devraient protéger l’habitat des espèces de poisson indigènes.
  • 82 % déclarent que le gouvernement provincial devrait créer un nouveau parc provincial le long de la rivière Restigouche.
  • 75 % disent qu’ils aimeraient que la Loi sur les terres et forêts de la Couronne soit modifiée afin de prévoir l’établissement d’un nouveau système de gestion des forêts écologique au Nouveau-Brunswick.
  • L’exploitation forestière (25 %), les coupes à blanc (14 %) et le manque d’aires protégées (12 %) ont été identifiés comme étant les principales préoccupations des Néo-Brunswickois relativement à l’état des forêts de la province.
 © 2018 NBEN / RENB