Il nous fait plaisir de vous fournir les détails concernant l’appel de propositions de projets 2021-2022 du Programme d’intendance de l’habitat pour les espèces en péril (PIH).

La période de demande pour les projets commençant en 2021-2022 est maintenant ouverte et fermera le 2 mars 2021 à midi (heure normale du Pacifique).

Nous vous encourageons fortement à soumettre une déclaration d’intérêt (DI) afin d’obtenir des commentaires et de vous assurer que votre proposition s’aligne bien avec les priorités du programme pour 2021-2022. Veuillez utiliser le formulaire de Déclaration d’intérêt joint à ce courriel et soumettre votre DI à ec.scf-atl-financement-cws-atl-funding.ec@canada.ca au plus tard le 2 février 2021. Nous vous encourageons à présenter une déclaration d’intérêt le plus tôt possible.

Veuillez noter que pour cet appel de propositions, les projets ne pourront être que d’un maximum de deux ans. Veuillez aussi noter qu’ECCC aura comme objectif de rendre les décisions de financement du PIH à l’été 2021.

Les demandes au PIH devront être soumises en ligne par l'entremise du Système de gestion d'entreprise des subventions et des contributions (SGESC). Veuillez consulter le site Web du SGESC pour ouvrir un compte et pour obtenir des instructions supplémentaires sur la façon de soumettre une demande au PIH. L'ancien système de demande en ligne ne sera plus utilisé pour accepter de nouvelles demandes, mais il demeurera disponible aux fins de rapports pour les projets déjà approuvés. Nous vous recommandons de commencer le processus d'inscription et de demande tôt dans le SGESC après avoir reçu des commentaires sur votre DI, pour vous assurer de pouvoir soumettre votre demande avant la date limite du 2 mars 2021.

Le ministère des Pêches et des Océans est responsable de l’administration du PIH en milieu aquatique. Les demandeurs qui souhaitent mener à bien des nouveaux projets d’intendance en milieu aquatique dans le cadre du PIH devraient communiquer directement avec le coordonnateur régional du volet aquatique approprié de Pêches et Océans Canada.

Entamant sa 22e année, le PIH continue de soutenir les Canadiens et les Canadiennes en leur octroyant du financement pour contribuer directement aux objectifs liés au rétablissement et aux populations des espèces en péril qui figurent à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril et pour empêcher que les autres espèces ne deviennent une préoccupation en matière de conservation.

Je vous remercie de votre intérêt envers le rétablissement des espèces en péril et de votre intérêt à empêcher que d’autres espèces deviennent une préoccupation en matière de conservation.

Isabelle Robichaud, coordonnatrice du PIH

Isabelle Robichaud
(elle; she, her)
Coordonnatrice de programmes de financement – Région Atlantique, Service canadien de la faune
Environnement et Changement climatique Canada / Gouvernement du Canada
Isabelle.Robichaud@canada.ca / Tél. : 506-364-5198

Funding Program Coordinator – Atlantic Region, Canadian Wildlife Service
Environment and Climate Change Canada / Government of Canada
Isabelle.Robichaud@canada.ca / Tel: 506-364-5198
Sadly, the Grand Manan Whale & Seabird Research Station lost its great whale champion yesterday (January 3, 2021). Laurie Murison passed away from complications of the cancer that she had been bravely battling for several years. She will be greatly missed by those on Grand Manan, in the Bay of Fundy, and by the conservation community as a whole.

Laurie worked tirelessly for marine conservation and maritime history in the Bay of Fundy for over three decades. She will be remembered for her strength, her determination, and for her love of whales, especially the North Atlantic Right Whale. Laurie constantly had her hands in many pots, leaving most of us wondering how she managed to accomplish everything – but she did. From the Research Station to the Swallowtail Keepers Society, and the Grand Manan Museum, Laurie was always working to educate those around her, to support wildlife conservation, and to preserve history. Less well-known among Laurie’s talents were also an ability to cut a cedar shingle into any shape, her skills at rebuilding anything out of old and recycled materials, and making the best lobster rolls ever.

Laurie’s lifelong work was to be paid tribute by an honourary doctorate from UNB this winter. It is certainly a fitting honour for someone who dedicated her life to the greater communities of the region – both people and wildlife.

We will miss you, Laurie, but your spirit will always be with us, especially on the water.

-Grand Manan Whale & Seabird Research Station

Commentary by Jim Emberger, Telegraph Journal, Dec. 16, 2020

“Distant hypothetical targets are being set, and big speeches are being given. Yet, when it comes to the immediate action we need, we are still in a state of complete denial.”

These are the recent words of young climate activist, Greta Thunberg, concerning progress toward dealing with the climate emergency. Unfortunately, she could be talking about NB Power’s recent release of its 25-year Integrated Resource Plan (IRP). While claiming to pay attention to the climate crisis, the utility’s plans belie those claims.

First, NB Power plans to extend the life of the coal burning Belledune electricity generator, one of the province’s largest emitters of carbon dioxide, to 2041: more than 10 years past its federally mandated closure.

To put this plan in context, progress reports submitted in preparation for next year’s climate summit show the gap between our actual greenhouse gas emissions and our stated targets continues to grow.

Simultaneously, a number of new climate models show that we potentially could pass the 1.5 C “minimally safe” increase in global temperature later this decade, and pass the more dangerous 2 C increase in the early 2030s. This prediction is bolstered by the announcement that, according to NASA, last month was the hottest November on record. What’s more, 2020 is likely to be the hottest year on record, a fitting conclusion to what will likely also be the hottest decade.

This should lead us to conclude that our future climate efforts must be even more rigorous. As the United Nations notes, the “world’s wealthy will need to reduce their carbon footprints,” which “will require swift and substantial lifestyle changes.”

By extending the Belledune plant, we will continue to pump large amounts of carbon dioxide into the atmosphere well after we’ve passed the likely point of no return on climate chaos. NB Power alleges that it can cut emissions elsewhere, but its claims are based on questionable assumptions, and it is hard to imagine where it can cut at the scale necessary.

For instance, emphasis is put on maintaining or increasing natural gas usage as a low carbon emission alternative, ignoring the now-accepted science that leaking methane emissions along the entire gas supply chain makes gas no better for the climate than coal.

The IRP also mentions that another low-carbon plan is to develop small modular nuclear reactors, a technology that currently exists only on paper. It faces hurdles of technology, safety, cost and procuring investment. But the salient point is that it will not likely be available until 2030, and later before it can be widely dispersed.

To sum up, as we face an already serious climate crisis that is due to significantly worsen in the next decade, NB Power’s plans are to continue to use a high-polluting, out-of-date technology for 20 years, and invest in a new technology that won’t become useful until after much climate damage has already occurred.

The IRP notes that proven, cheaper alternatives exist: namely renewable energy from sun and wind. Why aren’t they being pursued as the main pillars of our energy future?

The excuse that they are too intermittent becomes less viable with every passing day, as advances in energy storage are being made at a dizzying pace.

What’s more, our province has a unique opportunity to take part in the “Atlantic Loop,” a project that would bring stable and low or even no-carbon energy from hydro dams in Quebec and Newfoundland and Labrador. In concert with renewables, our energy supply could be ample, stable and potentially exportable to New England.

Though questionable, NB Power’s plans are not as off-base as the advice offered in a recent op-ed (“Oil and gas are a missed opportunity for Atlantic Canada,” Dec. 7) penned by researchers with the Canadian Energy Centre, an Alberta government corporation which was created to promote the interests and reputation of the provincial oil and gas sector.

Its authors claim that now is the time for New Brunswick to start a natural gas and oil industry. This is strange advice coming from Alberta, a province where the oil and gas industry has plummeted – even before the pandemic – with huge losses of investment, industry bankruptcies, decimated tax and royalty payments, the loss of many thousands of jobs and a multi-billion dollar tab for oil and gas industry cleanup.

They assume that we will continue to use fossil fuels, despite the climate crisis. Therefore, they argue, it makes more economic sense to produce our own rather than buy from elsewhere. This argument that we ought to knowingly contribute to the looming climate crisis is bizarre, particularly given that so many scientists argue that any new fossil fuel project is an act of economic and environmental self-harm.

As people finally pay attention to scientists about COVID-19, one can only hope that this enlightened attitude will spill over to the much larger, and more dangerous, climate crisis.

The time for rhetoric about long-range goals and inadequate plans to achieve them is long past. As Greta Thunberg’s clear-headed logic indicates, we need reality-based action, and we need it now.

–Jim Emberger is the Spokesperson for the New Brunswick Anti-Shale Gas Alliance.

Cocagne – Les Couleurs du Pays vous offrent leur première vente de Noêl et vous accueillent à cet effet à la boutique éphémère d’ici le vendredi 18 décembre 2020 au bureau du Groupe de développement durable du Pays de Cocagne (GDDPC), 118 Cocagne Cross à Cocagne.

Savez-vous que l'industrie de la mode est la 2e industrie la plus polluante après le pétrole? Savez-vous que les pollinisateurs sont en déclin en raison de la perte d'habitat? Savez-vous qu'on peut teindre la laine naturellement?

Les Couleurs du Pays vous offrent leur première vente de Noêl et vous accueillent à cet effet à la boutique éphémère au bureau du GDDPC. Il s'agit de kits de laine teinte naturellement avec des plantes par des gens d'ici. Nous avons fait beaucoup de recherches et d'essais cette année et voici le fruit de ces expériences. Nous avons semé, planté, récolté et teint avec fleurs, feuilles, écorces et racines, fruits, branches et champignons. La laine est teinte entre autres avec les plantes suivantes: pelures d'oignons, verge d'or, pastel, garance, tagètes, gaillet, champignon phéole de Schweinitz, vinaigrier et pommier. Le design a été conçu par les gens d'ici également et vous recevez un patron pour les kits de tricot de tuque et mitaines.

Plusieurs articles sont en vente:
  • kit de tricot pour une tuque Méli-mélo
  • kit de tricot pour une tuque Pomme
  • kit de tricot pour des mitaines Cocagne
  • kit de laine à bas
  • ballot pour hooker
  • laine à bas
  • grosse laine lopi
  • de la poterie de Suzanne Babineau et
  • des tisanes de Jocelyne Gauvin, Ferme Spirale
La boutique est ouverte les jours de la semaine entre 9 et 15h. Si vous avez des questions, communiquez avec Wiebke Tinney au gddpc@nb.aibn.com ou par téléphone 576-8247.

Le but des Couleurs du Pays est de cultiver, récolter des teintures naturelles de manière durable pour redécouvrir et transmettre ce patrimoine dans le bassin versant de Cocagne. Plus d'informations: https://ecopaysdecocagne.ca/fr/projets/785-couleurs-du-pays


Renseignements:
Wiebke Tinney
Directrice générale
118 Cocagne Cross, Cocagne NB
(506) 576-8247
gddpc@nb.aibn.com


hats


Le territoire ni cédé ni abandonné des Wolastoqey/des Mi’kmaq/des Peskotomuhkati/Fredericton
– Dans son nouveau plan pour l’avenir du réseau électrique de la province, Énergie NB n’établit pas le réseau fiable, abordable et renouvelable que les Néo-Brunswickois veulent, et dont ils ont besoin, pour faire face aux conséquences toujours plus désastreuses du changement climatique. Les auteurs du plan intégré des ressources (PIR; un plan d’offre en fonction de la demande) sur 25 ans des services publics, publié le vendredi 4 décembre, proposent de conserver les émissions de gaz à effets de serre (GES) au niveau actuel, soit aux alentours de 3 millions de tonnes par année jusqu’en 2040. Ce plan est inadéquat face à l’aggravation du changement climatique et à l’objectif de la législation fédérale d’atteindre près de zéro émission au Canada en moins de 30 ans.

« À l’heure où le monde fête le 5e anniversaire de l’Accord de Paris sur le climat, où le Nouveau-Brunswick fête le 4e anniversaire de la publication de son propre plan sur le climat, et où le gouvernement fédéral doit annoncer une réduction plus nette des GES d’ici à 2030, Énergie NB et notre province prétendent qu’il n’est pas nécessaire de prendre des mesures supplémentaires », déclare Louise Comeau, directrice du programme Solutions pour le changement climatique et l’énergie du Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick.

Les plans d’Énergie NB ne reflètent pas ce que les Néo-Brunswickois ont demandé. Lors de son propre sondage, 85 % des Néo-Brunswickois ont dit à Énergie NB que la « transition du Nouveau-Brunswick vers un avenir éconergétique devait permettre de minimiser les répercussions sur les tarifs et sur l’économie ». Or, le PIR d’Énergie NB ne tient pas compte de cet aspect.

Aujourd’hui, les nouveaux projets d’énergie éolienne et solaire constituent les formes d’électricité les moins chères de la Terre. Cinq fois moins chères que le charbon, cinq fois moins chères que l’énergie nucléaire et trois fois moins chères que le gaz naturel. Ces technologies, qui ont beaucoup évolué au cours des 10 dernières années, sont plus fiables que jamais, surtout lorsqu’on les associe aux nouveaux réseaux de transmission et aux technologies d’entreposage d’énergie.

De plus, suite à un récent travail de recherche mené par le Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick (CCNB) et l’Ecology Action Centre (EAC), on a constaté que les plans d’approvisionnement en électricité qui favorisaient une électricité plus propre étaient concurrentiels. En fait, sur les 24 les plans d’approvisionnement en électricité examinés, 80 % des scénarios qui favorisaient l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables étaient soit moins chers, soit un tout petit peu plus chers que les scénarios qui préconisaient des technologies conventionnelles polluantes.

« Nous avons besoin d’un réseau électrique conçu pour mettre notre portefeuille à l’abri, nous préserver des coupures de courant provoquées par les phénomènes météorologiques extrêmes et protéger notre santé de la pollution atmosphérique et du changement climatique », affirme Louise Comeau. « Au lieu de cela, les responsables de notre plan d’approvisionnement en électricité provincial ignorent la climatologie et s’apprêtent à brûler des combustibles fossiles polluants et financièrement risqués pendant des décennies. »

Nous pouvons faire mieux. C’est maintenant, et pas dans trois ans, comme prévu, que nous avons besoin d’une mise à jour réaliste du plan d’approvisionnement en électricité du Nouveau-Brunswick. Nous avons besoin d’un nouveau processus fondé sur une vaste participation des intervenants afin d’élaborer des scénarios pertinents. L’ensemble des études et des scénarios devraient être accessibles au public pour observations, comme partout ailleurs au Canada.

Pour qu’un plan d’approvisionnement en électricité soit réaliste, ses auteurs doivent protéger l’intérêt du public en visant la création d’un réseau électrique interrégional non polluant dans lequel on accorde la priorité à l’efficacité énergétique ainsi qu’aux énergies solaire, éolienne et hydro-électrique existante. Un plan d’approvisionnement en électricité réaliste doit accorder la priorité aux quartiers alimentés par l’énergie solaire, comme le projet pilote d’Énergie NB Northbranch à Moncton et les projets de communauté énergétique intelligente comme le projet pilote actuellement mené à Shediac, dont on ne fait même pas mention dans le PIR de 2020.

Il faut dès maintenant investir dans des solutions comme les mises à jour de transmission pour favoriser le commerce bilatéral entre le Québec, Terre-Neuve et Labrador, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick afin d’assurer l’établissement d’un réseau électrique fiable, abordable et durable. Dans le cadre de son engagement d’éliminer le charbon et de créer un réseau électrique à 90 % sans émissions d’ici à 2030, le gouvernement fédéral offre une aide financière pour que ce genre d’investissement puisse voir le jour.

La combustion des combustibles fossiles (mazout, charbon et gaz naturel) déséquilibre le climat et nuit à la santé humaine. Si la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick éliminent le charbon de la production d’électricité d’ici à 2030, nous pourrons éviter plus de 125 morts prématurées, 12 100 épisodes d’asthme et 81 000 journées caractérisées par des difficultés respiratoires.

Le changement climatique coûte déjà chaque année des milliards de dollars aux familles, aux entreprises et à l’économie. Selon les chiffres d’Environnement et Changement climatique Canada, on constate que si l’on réussit à éliminer le charbon, le Canada enregistrera une économie nette de 4,7 milliards de dollars, dont 1,2 milliard de dollars en soins de santé uniquement.

Dans sa proposition, Énergie NB ignore la réalité d’une ambition croissante liée au changement climatique en omettant les politiques telles que celles qui instaurent un plafonnement des émissions, une tarification du carbone et des engagements envers les programmes fondés sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Pire, dans son PIR, Énergie NB s’oppose à la nouvelle énergie éolienne jusqu’en 2033 au lieu de tirer parti des solutions techniques existantes, dont les liens régionaux à la capacité ferme de l’hydroélectricité et l’investissement dans les technologies de batteries, dont le coût baisse rapidement.

Dans son PIR publié le mois dernier, la Nouvelle-Écosse entend aussi prolonger la combustion du charbon jusqu’en 2040 au minimum. Si ces plans sont maintenus, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick seront les dernières provinces à utiliser du charbon au Canada.

« Nos politiciens et les dirigeants de nos services publics négligent l’intérêt du public en faisant des choix qui nuisent aux Néo-Brunswickois aujourd’hui et à long terme, mais il n’est pas nécessaire que cela soit ainsi », déclare Lois Corbett, directrice exécutive du CCNB.

Selon les conclusions de deux autres études réalisées par East Coast Environmental Law pour le CCNB et l’EAC, les règles gouvernementales contrecarrent les investissements susceptibles d’aider les ménages à faible revenu à réduire leur facture énergétique, empêchent les services publics de tenir compte des coûts sociaux et environnementaux de nos choix en matière d’électricité et ne donnent aucun signal à long terme pour que nous puissions prendre maintenant les mesures nécessaires à l’instauration d’un réseau électrique sans émission au cours des 20 ou 30 prochaines années.

« Pour atteindre les objectifs liés à la modernisation de notre réseau électrique au cours des 20 prochaines années, nous avons besoin d’une réforme légale dans le domaine de l’électricité, car nous ne pouvons pas nous permettre de continuer à décevoir les Néo-Brunswickois », affirme Louise Comeau.

Pour plus d’information, veuillez communiquer avec :

Jon MacNeill, directeur des Communications, Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick : jon.macneill@conservationcouncil.ca; 506-238-3539
Le RENB a reconnu les groupes ou individus suivants pour leurs efforts exceptionnels dans la protection de notre environnement commun :

Prix Phéonix 2020
Julie Reimer
En reconnaissance de son dévouement et de son leadership dans la lutte pour la sensibilisation aux enjeux environnementaux au Nouveau-Brunswick.

Prix Zéphyr 2020
Liz Smith
En reconnaissance de 20 ans de travail acharné pour améliorer la qualité de l'air pour les citoyens du Nouveau-Brunswick.

Prix Samaqan 2020
Vision H20
En reconnaissance de leur travail de préservation de l'intégrité des bassins versants du sud-est du Nouveau-Brunswick par une multitude de moyens.

Prix Samaqan 2021
Conseil des ressources mi'gmaq Gespe'gewaq (CRGM)
Pour son travail d'harmonisation des forces du savoir mi'gmaq avec les approches scientifiques occidentales afin de permettre une meilleure compréhension des problèmes d'eau qui touchent ses communautés membres.

Prix Gaia 2021
Linda Stephenson
En reconnaissance de son rôle déterminant dans la conservation de l'habitat au Nouveau-Brunswick et au Canada depuis 1998.


2021 Prix Phoenix
Nancy Juneau
Pour son leadership dans le mouvement environnemental de la Péninsule acadienne qui a mené à la mobilisation de sa communauté par la création d'Imaginons la péninsule acadienne autrement.

2022 Prix Zéphyr
Hank Scarth
En reconnaissance de son dévouement et de sa détermination à faire une différence pour les oiseaux de rivage de la plage Saints Rest par l'éducation du public et la conservation.

Prix Samaqan 2022
Molly Demma
En reconnaissance de ses années de travail acharné pour soutenir et reconnaître le patrimoine naturel et culturel de la rivière Wolastoq.



Félicitations aux lauréat(e)s des prix du RENB de cette année. Bien mérité !

NB Lung
Verts Rivages
Vision H2O
Sierra Club Canada
 © 2018 NBEN / RENB