Le groupe d`action sur les gaz de schiste du réseau d`action environnemental de jeune du Nouveau-Brunswick a travaillé très fort sur une déclaration. Cliquez-ici pour lire Non C'est Non, nous déclarons nos inquiétudes concernant développement gaz de schiste en Nouveau-Brunswick. Nous déclarer que: « Nous, les soussignés groupes de jeunes, demandent une interdiction sur la production et l’exploration des gaz de schiste au N-B. Cependant, nous ne sommes pas prêts à sacrifier la qualité de NOTRE eau, NOTRE air, NOS terres et NOTRE santé pour de l’argent rapide. »

Si votre groupe école ou votre groupe communautaire aimeraient appuyer cliquez-ici pour connectez- vous!

Le groupe d’action sur les gaz de schiste RAEJ: Fredericton High School Environmental Committee, École Saint Anne comité environmental, Polyvalente W.A.Losier comité environnemental



T
La Commission de l'énergie vient de présenter leur rapport préliminaire sur la politique énergétique du Nouveau-Brunswick et le gouvernement veut entendre ce que vous avez à dire!

Il y a plusieurs bonnes recommandations, surtout en ce qui concerne l'efficacité énergétique. Mais la Commission de l'énergie ne semble pas comprendre l'urgence des changements climatiques et de développer l'énergie renouvelable. Ils recommandent que l'on abandonne nos cibles pour l'énergie renouvelable et les changements climatiques. 

Nous sommes à une fourche dans le chemin. La fin du pétrole pas cher et les impacts des changements climatiques, comme les inondations et la hausse du coût de la nourriture, sont en train de nous forcer à repenser et réinventer comment on produit et utilisent l’énergie.

Comme nous, vous êtes probablement tanné de la production d’énergie agressive et pleine de risque et je pense que la Terre l’est également. On est en train de pomper des dizaines de milliers de litres de litre d’eau rempli de produits chimiques pour du gaz de schiste qui à une empreinte de carbone plus élevé que l'huile. On fracasse des atomes pour bouillir de l’eau tout en produisant des déchets radioactifs pour les générations futures. Quand on regarde à tout ça, on se demande : quand est-ce que nous en aurons assez? Qu’est-ce que vous en pensez?

Notre équipe à l'Action CCNB pense qu’il y a un meilleur choix. Comme on vous a montré dans notre Action Flick « Our Energy Future », l’efficacité et l’énergie renouvelable PEUVENT répondre à nos besoins. L’Ile du Prince Édouard a fait 3 millions $ l'année dernière grâce aux éoliennes qu’il possède et Halifax installe des centaines de chauffe-eau domestiques solaires. 

C’est pourquoi on vous demande d’écrire au ministre de l’Énergie Craig Leonard. On va lui écrire également, mais on a besoin qu’autant de gens possibles lui disent « C’est assez. C’est le temps de faire le bon choix pour notre future énergétique ». Son courriel est Craig.Leonard@gnb.ca et son adresse est : CP 6000, Fredericton, NB, E3B 5H1.

On a besoin de lui dire que c’est le temps de :
1. Augmenter nos cibles de production d'électricité à partir de nouvelle source d'énergie renouvelable à 25%. Non pas les abandonner. 
2. Renforcir nos cibles de réductions de gaz à effets de serre pour 2020. Non pas les abandonner. 

Pour en apprendre plus sur le plan de l'Action CCNB pour notre future énergétique, cliquez ici

mes salutations les plus sincères,

Raphaël Shay
Coordo climat & énergie

Date limite de l’Alerte Action : Le mardi 26 avril 2011.

La mine d’or de la propriété Elmtree est une mine à ciel ouvert proposée dans une aire critique près de Beresford au Nouveau-Brunswick. Cette mine, qui devrait fonctionner pendant 18 mois à 24 mois, menace d’avoir d’importants impacts environnementaux, y compris la destruction des amonts d’un ruisseau de saumon atlantique en ayant un impact sur la rivière du bas.

La mine vient aussi avec le potentiel d’eau d’exhaure acide qui pourrait affecter l’alimentation en eau de la ville de Petit Rocher et la qualité et la quantité des eaux des puits des résidents à proximité. Par ailleurs, cette mine pourrait aussi endommager les habitats des terres humides, dont un rare marais de cèdre blanc et de peuplements de frênes
noirs d’une importance culturelle qui recèlent plusieurs espèces de plantes rares.

Action CCNB, Mines Alerte Canada, le comité des citoyens de Belledune, Développement durable de Bathurst, le Club Sierra du Canada Atlantique, les Sentinelles du bassin versant du lac Grand ont tous demandé que l’évaluation des impacts environnementaux de la mine d’or de la propriété Elmtree soit élevée au rang d’évaluation par commission d’examen, ce qui permettrait une participation de la population en générale à l’échelle fédérale et provinciale.

Que pouvez-vous faire?

1.Demander que l’évaluation des impacts environnementaux de la mine d’or de la propriété Elmtree soit une évaluation par commission d’examen. Cette requête doit être expédiée aux ministres fédéral et provincial de
l’Environnement avec une copie au gérant de projet de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale.

Modèle de lettre

Étant donné des bienfaits économiques minimes et risque d'impacts importants sur des éléments délicats de l'environnement, notamment des rivières à saumons, source d'eau potable municipale et privée de même que d'importantes zones humides, j'appuie la demande par Action CCNB, Mines Alerte Canada, Comité des citoyens de Belledune, Développement durable de Bathurst, le Club Sierra du  Canada - Atlantique et Grand Lake Watershed Guardians que le projet reçoive une commission d'examen conjointe.

Envoyer à :

L' honorable Peter Kent
Ministre de l’Environnement,
401, Édifice de la Confédération,
Chambre des communes
Ottawa, ON K1A 0A6
Tél. : 613 992-0253
Courriel : kentp@parl.gc.ca

L'honorable Margaret-Ann Blaney
Ministre de l’Environnement NB
Place Marysville
C. P. 6000
Fredericton, NB E3B 5H1
Tél. : 506 444-5136
Courriel : margaret-ann.blaney@gnb.ca

L'honorable Gail Shea
Chambre des communes
Ministre des Pêches et des Océans
Édifices du Parlement, rue Wellington
Ottawa (Ontario) K1A 0A6
Courriel : Min@dfo-mpo.gc.ca

Vanessa Rodrigues, chef de projet
Projet de la mine d’or de la propriété Elmtree
Agence canadienne de l’évaluation environnementale,
1801 Hollis Street, Suite 200
Halifax, NS B3J 3N4
Tél. : 902 426-0564
Courriel : ElmtreeGoldMine@ceaa-acee.gc.ca

2. Présenter des commentaires selon les lignes directrices provisoires relatives à l’étude d’impact environnementale (EIE) ci-après : http://www.acee-ceaa.gc.ca/050/document-fra.cfm?document=48759

Date de tombée des commentaires : Le mardi 26 avril 2011.

Inquiétudes concernant le projet des lignes directrices de l’étude
d’impact environnementale:

1.Développement durable. La contribution au développement durable est très discutable lorsque l’on considère les sérieux impacts environnementaux pour un projet qui va seulement fournir des emplois et des gains économiques pour 1.5 ou 2 ans.

2.Autres moyens de réaliser le projet. Dans la section sur les autres moyens pour réaliser le projet (Sec. 4.4.6), la liste des exigences devrait inclure d’autres moyens que la fermeture de la mine ou sa désaffectation.

3.Incertitudes du succès des mesures d’atténuation des effets. Des estimations réalistes de la probabilité et de la fréquence des accidents et des défaillances devraient être données (Sec. 4.6.1). Les facteurs qui contribuent aux incertitudes concernant la détection et les mesures d’atténuation associées aux accidents et aux défaillances doivent être appréciés. Une évaluation du degré d’incertitude associé aux mesures d’atténuation proposées (Sec. 4.7) aux opérations routinières et aux compensations pour les habitats devrait être fournie.

4.Effets cumulatifs. Les effets existants et potentiels des changements environnementaux plus généraux (p. e. les changements climatiques) et les tendances de la population régionale des espèces importantes comme le saumon de l’Atlantique et les frênes noirs doivent être considérés.

5.Suivi et surveillance. Les couts de la surveillance à court terme doivent être estimés ainsi que toutes exigences et tout cout de la surveillance après fermeture (Sec. 4.10). La responsabilité de la surveillance à long terme et si nécessaire des mesures d’atténuation doit être clairement identifiée.

6.Qualité de l’air. Bien que les directives indiquent que le traitement du minerai fait partie de l’ampleur du projet, les émissions atmosphériques du traitement du minerai devraient aussi être considérées dans le sommaire de l’évaluation (Sec. 4.13).

7.Qualité de l’eau. Dans la description du potentiel des impacts du drainage des pierres acides et de la lixiviation des métaux sur les eaux souterraines et de surface (Sec. 4.14.3, 4.14.4 et 4.14.5) le requérant devrait décrire la variabilité des résultats de ses essais et du modèle entrepris, et une revue des succès relatifs de la prédiction du
ruissèlement des pierres acides et de la lixiviation des métaux de gisements de minerai semblable.

8.Espèces en péril et inquiétudes concernant la conservation. L’évaluation des effets potentiels sur toutes les catégories d’espèces décrites dans la section 4.15.4 devrait considérer l’importance de la rivière Elmtree pour les populations régionales et les dynamiques des populations, ainsi que sur la diversité de ces populations.

9.Fermeture de la mine. Nous sommes inquiétés par la référence à un « plan conceptuel de remise en état du terrain et de fermeture de la mine » à la section 4.15.1. Compte tenu des demandes dans les directives d’évaluer les effets et les mesures d’atténuation durant et après la fermeture, un plan conceptuel est nettement insuffisant. Bien que des
détails d’ingénierie peuvent être mis de côté jusqu’à une phase ultérieure de l’étude, les organismes de régulation et la population devraient connaitre les plans de fermeture à un niveau suffisant de détails afin d’apprécier adéquatement cette proposition. Les directives devraient inclure un degré plus élevé de précision et devraient être
cohérentes avec les exigences de renseignements sur la fermeture, à savoir : une description détaillée des activités et le moment choisi pour la fermeture; les raisons pour le choix de l’option préférée de fermeture comparée aux autres options; les couts estimés des activités de fermeture; une analyse des incertitudes associées aux options de
fermeture y inclut la variabilité du modèle des paramètres clés, des faillites technologiques, etc. et une explication des responsabilités à long terme et de la surveillance de l’emplacement.

Exprimez-vous pour la faune maintenant!

Veuillez écrire, téléphoner ou expédiez un courriel au premier ministre et au ministre des Richesses naturelles et dites-leur que vous ne voulez pas que les zones de protection des habitats soient coupées à blanc, et que l’on devrait à la place les agrandir pour aider à restaurer les populations de plantes et d’animaux indigènes à des niveaux salubres.

Les coordonnées Parlementaires de l'Assemblée législative : 
http://www1.gnb.ca/legis/bios1/index-f.asp

 © 2018 NBEN / RENB