Jetez un coup d’œil à cette campagne sur les audiences pour le pipeline d’Énergie Est organisé par le Conseil des Canadiens, Leadnow et 350.org. 

L’Office national de l’énergie de Canada est sur le point d’examiner le Pipeline d’Énergie Est de TransCanada pour envoyer des sables bitumineux toxiques d’Alberta à l’Océan Atlantique – et votre aide est nécessaire afin ds’assurer que le gouvernement sera incapable d’utiliser un pseudo-processus d’examen pour approuver ce projet. 

Énergie Est deviendrait le pipeline le plus grand en Amérique du Nord. Il apportera 1,1 millions de barils de bitumineux toxiques à la côte chaque jour, menacera des communautés et des cours d’eau dans 6 provinces et pompera 32 millions de tonnes de pollution causant le réchauffement climatique dans l’atmosphère chaque année – ce qui est plus que le total des émissions de certaines provinces.

L’Office national de l’énergie de changé les règles afin exclure les impacts climatiques et les voix des communautés à travers le Canada. La campagne cherche à force le nouveau président d’Office national d’énergie, Peter Watson, à choisir : soit inclure les impacts climatiques et les voix des communautés dans son processus, ou perdre toute crédibilité et légitimité dans les yeux des personnes canadiennes.

Cliquez ici pour signer une lettre. Voici un lien qui vous amènera à la campagne afin d’arrêter leur plan d’utiliser une revue trompeuse pour faire approuver le pipeline Énergie Est.

Chères ONGE du N.-B. : APPEL URGENT : CONTACTEZ LE MINISTRE FITCH ET VOTRE DÉPUTÉ

Le ministre de l’Environnement et des Gouvernements locaux, Bruce Fitch, a mentionné ce matin lors d’une émission de radio à la CBC qu’on le pressait de diriger des fonds du Fonds en fiducie pour l’environnement (FFE) qui se sont accumulés ces dernières années pour créer un nouvel Institut de l’Énergie (qui serait dirigé par Louis Lapierre). 

C’est peut-être un ballon d’essai pour prendre le pouls de la population à ce sujet.  Alors, il est impératif que les ONG réagissent!

Les fonds qui appartiennent au FFE sont sensés répondre à des besoins environnementaux et NON PAS pour étudier l’industrie de gaz de schiste.  Veuillez contacter le ministre Fitch dès AUJOURD’HUI pour lui faire connaitre votre opposition au bruce.fitch@gnb.ca.  Et parlez-en aussi à votre député!

Si les groupes qui ont déjà  bénéficié des fonds du FFE ne s’opposent pas à cette proposition, elle va sans doute se matérialiser.

On vous demande donc  de rappeler à votre ministre et à votre député que les fonds du FFE doivent être accordés aux initiatives environnementales communautaires, qui créent de l’emploi dans les régions rurales et qui contribuent doivent contribuer à la qualité de vie au Nouveau-Brunswick.

Merci!
Céline Délacroix, Directrice executive
CCNB Action

Join the Boreal Forest Network, the Boreal Action Project and the Winnipeg Indigenous Peoples Solidarity Movement in calling for a complete boycott of all Weyerhaeuser forest products until the company ceases all logging and sourcing in the contested traditional territories of Grassy Narrows First Nation, or as long as there is community opposition to those operations.

Sign the petition at:

http://borealaction.org/boycott-weyerhaueser-petition




The following notice has been served to Weyerhaeuser Canada/U.S. and the Province of Ontario:

Stop Logging in the Traditional Territory of Grassy Narrows First Nation


Take notice that until such time as you cease all logging and sourcing in these contested territories, or as long as there is community opposition to your operation in Asubpeeschoseewagong Netum Anishinaabek traditional territory (Grassy Narrows First Nation) we will be calling for a complete boycott of all Weyerhaeuser products.

According to the Whiskey Jack Forest Management Plan, 324,000 cubic meters of poplar and birch is allocated from the Whiskey Jack Forest Management Unit each year to supply the Weyerhaeuser Timberstrand/Trus Joist Kenora mill. This is 42 percent of the total allocated timber harvest from the Whiskey Jack and a full 50 percent of the wood supply for the mill.

Your withdrawal from this territory will be a significant step in preserving what remains of the intact forest which is crucial to the Anishinaabe way of life, estimated to be only 30 percent of what it was before mismanagement by logging companies.

As you know, The Ontario Superior Court of Justice recently released a lengthy decision in Keewatin v. Minister of Natural Resources (Keewatin), which held that the Province of Ontario lacked authority to “take up” lands for forestry, or other activities that may significantly infringe upon First Nations’ hunting and fishing rights, with respect to certain lands under Treaty 3 (the Keewatin Lands). This supports the position of Grassy community members who have been engaged in the longest standing blockade in Canada, at Slant Lake near their reserve, since 2002, when they stood in front of logging trucks to protect their traditional lands from further logging.

Grassy Narrows is trying to rebuild an economy and way of life that have been devastated by decades of severe environmental contamination and destruction. The people of Grassy Narrows have already made it clear that multinational logging companies like Weyerhaeuser are incompatible with their vision for the preservation and use of their territory.

A recent unfavourable independent audit contains a staggering 21 recommendations to address material “non-conformances to a law and/or policy” and “a significant lack of effectiveness in forest management activities.” The report concludes that, “forest sustainability...will not be achieved unless corrective measures are immediately taken.” This independent audit of logging in the, 964,000 hectare, Whiskey Jack Forest, from 2004-2009, clearly indicates that the forest has been mismanaged and is in decline.

We call on you to join forest products companies; Boise, Abitibowater, Domtar and Ainsworth, who have already agreed not to source conflict wood from Grassy Narrows territory.

We maintain that it is not only unsupportable, but unethical for Weyerhaeuser to resume sourcing from the Whiskey Jack, for the Kenora, Ontario, mill, that makes Weyerhaeuser iLevel Trus Joist Timberstrand Laminated Strand Lumber (LSL), or any other forest products.

For Immediate Release             PRESS RELEASE                November 26, 2011

Walk for a ban on fracking – stop ”fracking“ with our water and air

FREDERICTON NB ---- A citizen march through downtown Fredericton, culminating with a rally at the Provincial Legislature, will take place on Tuesday November 27th to demand a stop to unconventional natural gas development in NB.

On Legislature Opening Day, Tuesday November 27th, about 40 groups and hundreds of individuals will commemorate last year’s rally against shale gas, and show solidarity with the 20,000 people who signed the 2011 petition, with “a walk for a ban on fracking” through Fredericton.

The peaceful walk will begin at 11am at the Old Burial grounds and will finish with a rally between noon and 1 pm in front of the Legislature Building with a number of brief speaker presentations.

“The goal of Tuesday’s walk and rally is to demand an immediate stop to unconventional natural gas exploration and permitting”, says Julia Linke (PhD) of the Fredericton chapter of The Council of Canadians.

The groups and organizations that have already joined or endorsed this event are a real cross-section of both rural and urban New Brunswick and include 24 community groups, 6 NGOs, 3 union organizations, 2 political parties, and 4 student groups.

Jim Emberger of the Taymouth Community Association states “The opposition to shale gas fracking is only increasing in this province, as the government fails to produce any business case supporting their claims about jobs and royalties, while it continues to relax environmental protection of our wetlands, watersheds, and air to make way for this industry”. 

See: Walk For A Ban On Fracking – Stop Fracking With Our Water and Air

*******************************************************************************************************************************************************************************

Pour publication immédiate      COMMUNIQUÉ                    26 novembre 2012

Marche pour interdire la fracturation – Cessez de spéculer avec notre eau et notre air

FREDERICTON NB ---- Une marche à Fredericton qui se terminera par un rassemblement à l’Assemblée législative aura lieu le mardi 27 novembre pour demander de mettre fin à l’exploitation non traditionnelle du gaz naturel au NB.

À l’ouverture de l’Assemblée législative, le mardi 27 novembre, environ 40 groupes et des centaines de personnes vont se rappeler le rassemblement de l’an dernier et démontrer leur solidarité avec les 20 000 personnes qui ont signé la pétition, en participant à une marche à Fredericton pour interdire la fracturation hydraulique. 

Cette marche pacifique va commencer à 11 h au vieux cimetière et se terminera avec un rassemblement entre midi et 13 heures devant l’édifice de l’Assemblée législative.  De brèves discours seront présentés.

« Le but de la marche et du rassemblement de mardi est d'exiger un arrêt immédiate de l’exploration et de l’exploitation par méthode non traditionnelle du gaz naturel, » affirme Julia Linke (PhD) du chapitre de Fredericton du Conseil des Canadiens.

Les groupes et les organisations qui se sont déjà joints à cette manifestation ou qui l’ont endossée constituent un véritable échantillon des populations rurales et urbaines du Nouveau-Brunswick, et ils incluent 24 groupes des collectivités, 6 ONG, 3 organisations professionnelles/syndicats, 2 partis politiques, et 4 groupes d’ étudiants.

Jim Emberger de l’Association communautaire de Taymouth dit « L’opposition à la fracturation ne peut que s’accroitre dans la province, parce que ce gouvernement ne réussit pas à présenter une analyse de rentabilité pour appuyer ses prétentions concernant les emplois et les redevances tout en continuant à affaiblir la protection environnementale de nos zones humides, de nos bassins versants et de notre atmosphère pour faire place à cette industrie. »

Voir « Marche pour interdire la fracturation – Cessez de spéculer avec notre eau et notre air »

sage des terres publiques contraire aux souhaits de la population


Ce mois-ci, le gouvernement provincial va décider s’il va poursuivre les plans d’utilisation et de conservation des terres publiques de l’ancien gouvernement.  Le plan prévu réduisait la superficie de forêt gérée spécifiquement pour conserver les aires d’hivernage des chevreuils, les vieux peuplements et les zones tampons le long des cours d’eau.


Si l’on se fonde sur ce que nous avons appris du MRN, cela signifierait des réductions atteignant autant jusqu’à 25 % (un quart) de certains de ces habitats.  Et en même temps, la superficie des plantations sur les terres publiques serait presque triplée, à 28 %.


L’Honorable Bruce Northup des Richesses naturelles a annoncé qu’il examinerait à nouveau l’ancien plan, et qu’il annoncerait un nouveau plan forestier en février.


Les Néobrunswickois ont déjà rejeté ce plan


Dès 2004, la majorité de la population a exprimé au comité spécial sur l’approvisionnement en bois qu’elle ne voulait pas que les habitats des poissons et de la faune soient sacrifiés pour accroitre l’approvisionnement en bois.  Le comité spécial avait rejeté les demandes des entreprises et placé un plafond aux zones de conservation, et il avait recommandé plutôt que la superficie des coupes à blanc soit réduite.


En 2007, une enquête auprès de la population du Nouveau-Brunswick a démontré qu’une majorité écrasante des résidents accordait la priorité la plus élevée à la protection par les forêts des eaux potables, de l’atmosphère et des habitats de la faune (Opinions du public sur la gestion des forêts au Nouveau-Brunswick : rapport d’une enquête provinciale).


À la fois les audiences du comité spécial et l’enquête auprès des Néobrunswickois ont démontré que les citoyens et les citoyennes s’attendent que leur gouvernement se tienne debout pour ce que la population désire et qu’il travaille avec la forêt naturelle que nous avons.


La population a aussi exprimé qu’elle voudrait avoir plus de pouvoir sur la façon de gérer ses forêts.  Le gouvernement n’a toujours pas mis en place une réelle stratégie de consultation de la population qui impliquerait le public dans la gestion des forêts publiques.


Est-ce que cette fois le gouvernement nous écoutera?  Nous pensons que oui.


Nous croyons qu’il existe une véritable ouverture qui permettrait encore une fois aux Néobrunswickois de parler au nom des forêts.  Nous avons un nouveau gouvernement et le ministre a dit qu’il souhaitait entendre encore les environnementalistes et les Premières nations.

  • -Veuillez donc écrire une lettre pour dire au gouvernement ce qui vous importe dans nos forêts et ce que vous voulez que le gouvernement     fasse.   
  • -Faites parvenir votre lettre à Bruce Northrup, ministre des Ressources naturelles, C. P. 6000, Fredericton, NB E3B 5H1, et faites en une   copie pour votre député.  Nous pouvons vous fournir une liste des députés si vous n’êtes pas certain de son adresse.
  • - Préparez une courte version de votre lettre et faites-la parvenir au rédacteur de votre journal local, ou à celui d’un autre quotidien.

D’autres informations détaillées peuvent être trouvées aux sites Web suivants : www.acadianforest.cawww.cpawsnb.org.

Préparé par le comité directeur du Réseau des terres de la Couronne composé de représentants des organisations suivantes (CCNB Action, Société pour la nature et les parcs du Canada – section NB, Meduxnekeag River Society, Nature NB, Citoyens pour la protection des forêts du NB)

 © 2018 NBEN / RENB