Falls Brook Centre as you know is a registered charity and demonstration centre, committed to finding and promoting practical solutions to today's sustainability challenges. We are dedicated to the goals of inspiring people to work together using environmentally sound practices to create thriving local communities. What does this look like? Highlighting local economies, renewable energy options, and economically and ecologically sound land management techniques that work on the quarter-acre to 5,000 acre scales. On the ground, this is all about education aimed at all ages and addresses. If this sounds like something you could be a part of, I encourage you to visit our website and social media pages and consider becoming a Board member to make a real difference in the lives of New Brunswickers.

http://fallsbrookcentre.ca/wp/get-involved/volunteer-opportunities/

From what I'm hearing most folks don't know what's been happening regarding a second nuclear reactor for New Brunswick and a large proposed underwater power line under the Bay of Fundy from Saint John to Boston.  Although there's lots of talk about good clean green energy it seems likely the plan is to carry electricity from tidal turbines strung across the head of the Bay of Fundy and possibly a second nuclear reactor in New Brunswick.  There seems to be a lot going on here under the bed covers unknown to most of the public and most in the environmental community.  People need to know what's happening and now.  Could you post the attached items up where they will attract people's attention and people will view them.

Reference: Second Nuclear Reactor Could Happen, Telegraph Journal, January 27, 2017

Map2


IMG 0001


PRESS RELEASE

CCNB’s Fundy Baykeeper applauds restart of Energy East Pipeline Review and calls for a reform of the NEB before the review moves forward

The Conservation Council of New Brunswick’s Fundy Baykeeper applauds the National Energy Board’s decision on Friday to restart the Energy East review process.

“This is an important decision, but not an unexpected one,” said Fundy Baykeeper Matt Abbott. “Given the questions of bias hanging over all decisions made by the last National Energy Board panel, the only way to move forward was to void all the past panel members’ decisions.”

The ruling was made following  the filing of a Notice of Motion with the NEB on Jan 10 by Ecojustice lawyers representing Transition Initiative Kenora (TIK) calling for the Energy East proceedings to be declared void as a consequence of reasonable apprehension of bias.  Read the Motion here.

The project’s 2016 hearings were suspended late last August, after complaints were filed against two NEB board members – Jacques Gauthier and Lyne Mercier– who met privately with former Quebec premier Jean Charest while he was being paid as a consultant to TransCanada Corp. The review panel recused itself shortly afterwards, prompting demands that the review process be restarted.

All decisions made by the previous panel members are void and will be removed from the official hearing record. Those who’ve already applied to participate need not reapply, but essentially everything re-starts.

Abbott says that this decision won’t fix the NEB process regarding Energy East. The current process was put in place by the Harper Government and has been roundly criticized by many.

“The Energy East review should be delayed until a modernized review process is in place. Given the problems with NEB that the Energy East review has brought into focus, it is clear that we cannot have confidence in the NEB as it is currently constituted,” said Abbott.

“In uncertain, stressful times, it is good to know that a massive, dangerous, project like Energy East does not loom as close as it appeared to a few short months ago.”

According the NEB media release issued this morning, previous decisions that have been voided include:

  • Determination that the Energy East and Eastern Mainline applications are complete;
  • Decision to review the Energy East and Eastern Mainline applications via a single hearing;
  • List of Participants and any subsequent individual rulings on participation;
  • Lists of Issues and factors to be included in the environmental assessments under the Canadian Environmental Assessment Act, 2012; and Hearing Order.
-30-

To arrange an interview contact: Matt Abbott at 506-321-0429

The Fundy Baykeeper works for the Conservation Council to defend the public’s right to a healthy Bay of Fundy. Matt uses a  well-marked boat to patrol the Fundy coastline from Alma to St. Stephen. The Fundy Baykeeper is also part of the international Waterkeeper Alliance.

For more information on how the proposed Energy East pipeline would affect the Bay of Fundy, read the National Resource Defense Council’s report on tanker traffic in the Bay of Fundy: Sensitive Marine Ecosystems Threatened by Energy East’s ‘Aquatic Pipeline.’

For a full list of New Brunswick waterways at risk from Energy East, check out our interactive map.

For more information on the risks of Energy East to the communities of the Bay of Fundy and Gulf of Maine, read the Conservation Council’s report: Tanker Traffic and Tar Balls: What TransCanada’s Energy East Pipeline Means for the Bay of Fundy and Gulf of Maine.

For more on the Energy East pipeline, check out:




PRESS RELEASE

STATEMENT BY CONSERVATION COUNCIL'S MATT ABBOTT ON THE APPOINTMENT OF THE PANEL TO REVIEW THE PROPOSED ENERGY EAST PIPELINE

January 10, 2017

(Fredericton, NB) The Conservation Council’s Fundy Baykeeper says it should be “back to the drawing board” for the review of the proposed Energy East pipeline project, the largest ever pipeline proposed in Canada – one that would cross over 300 rivers and streams in New Brunswick and would export oil from its terminus in Saint John by supertanker across the Bay of Fundy and down through the Gulf of Maine.

“The announcement of the replacement of the project’s review panel members is but one small part of a complicated, and sorely discredited, process,” said Matt Abbott.

“Federal Natural Resources Minister Jim Carr announced an expert panel in November to make recommendations on how the NEB can be modernized, especially with respect to First Nations consultation and support, improved public participation, credible information on the potential impact to Canada’s water systems, including the Bay of Fundy, and squaring oil export with Canada’s plan to reduce carbon pollution,” said Abbott.

“It’s difficult to see how the new panel could embark on any credible process without first seeing the results of the modernization review.“

CCNB first called for a restart of the project review in August, when conflict of interest allegations forced suspension of public hearings and the eventual recusal of the former EE review panel members.

Unresolved issues with respect to any review on the proposed pipeline include whether or not new panel members will hear from scientists, First Nations and environmental groups and fishermen from New Brunswick; whether they will extend the impact zone under review to include the whole Bay of Fundy and whether they will require a complete analysis of both the business case for the pipeline and the impact of eventual spills from it on the natural environment, said Abbott.

-30-

To arrange an interview contact Matt Abbott at (506) 321-0429

For more information on how the proposed Energy East pipeline would affect the Bay of Fundy, read the National Resource Defense Council’s report on tanker traffic in the Bay of Fundy: Sensitive Marine Ecosystems Threatened by Energy East’s ‘Aquatic Pipeline’.

For a full list of New Brunswick waterways at risk from Energy East, check out our interactive map.

For more information on the risks of Energy East to the communities of the Bay of Fundy and Gulf of Maine, read the Conservation Council’s report: Tanker Traffic and Tar Balls: What TransCanada’s Energy East Pipeline Means for the Bay of Fundy and Gulf of Maine.
CCNB

Media Advisory

Leading Canadian environmental organizations to outline expectations for Friday’s first ministers meeting on clean growth and climate change

December 7, 2016 (Ottawa, ON) — Erin Flanagan (Pembina Institute), Steven Guilbeault (Équiterre), Catherine Abreu (CAN-Rac), Dale Marshall (Environmental Defence) and Dr. Louise Comeau (CCNB) will host an online media briefing to outline expectations for Friday’s first ministers' meeting on climate change and will respond to questions.

Event: Media briefing and Q&A
Date: Wednesday, December 7th 2016
Time: 1:00 – 2:00 p.m. (EST)
Location: via GoToMeeting webinar
RSVP at: Media Briefing Q&A registration

Context: For the first time ever, Canadian political leaders are negotiating a pan-Canadian climate plan to meet or exceed the country’s 2030 emissions reduction target. This webinar will outline trends in Canada’s greenhouse gas emissions in light of recent announcements and will discuss the extent to which governments have made policy commitments commensurate with reducing national emissions by 30% below 2005 levels by 2030.

-30-
Media inquiries:

Erin Flanagan (English / français)
Program Director, Federal Policy, Pembina Institute
587-581-1701

Kelly O’Connor
Communications Lead, Pembina Institute
416-220-8804

Louise Comeau
Director of Climate Change and Energy Solutions, CCNB
506-238-0355
POUR PUBLICATION IMMÉDIATE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

5 décembre, 2016

Stop Spraying NB  a recueilli le plus grand nombre de signatures de pétition jamais ramassé au Nouveau-Brunswick :  13,439 autres signatures à ajouter pour un grand  total de 27,225 afin d’arrêter l’arrosage d’herbicides sur les forêts  publiques ainsi que sous les lignes d’Energie NB

FRÉDÉRICTON – Ce  mardi 6 décembre, 2016,  13,404 signatures ORIGINALES seront déposées à l’Assemblée législative provinciale demandant à ce que la province du Nouveau-Brunswick cesse l’arrosage de pesticides sur les forêts publiques et sous les lignes d’Energie NB. Cette troisième présentation de pétitions représente encore une fois des communautés tout autour de la province incluant des communautés francophones, anglophones et  autochtones.  La pétition continue de prendre son élan et SSNB va continuer  de soumettre d’autres signatures dans le futur.  Une délégation d’organisateurs de différentes communautés  à travers la province représentant "Stop Spraying NB-Arrêtons l’arrosage NB " feront le voyage vers Fredericton  pour une photo devant la législature mardi midi le 6 décembre,  2016.  Certains députés qui supportent la cause ont été invités à se joindre à nous pour cette photo. SSNB a reçu l’information qu’en plus du député de Frédéricton, David Coon, le député  Jake Stewart (sud-ouest Miramichi) va signer la pétition et va également se joindre à nous pour la photo. Le député Jake Stewart s’est  prononcé contre l’arrosage de la forêt durant la  dernière année, et nous sommes heureux qu’il se joigne à nous.

Programme pour la présentation de la pétition:

Mardi 6 décembre, 2016
12:00 (midi) -photo avec les députés supportant la cause
1:00 pm: entrée de façon pacifique dans l’édifice de l’Assemblée législative afin d’être témoin  de la remise de la pétition par le député de Frédéricton, David Coon,  et d’entendre les mots de support des députés qui supportent notre cause.
Endroit: Edifice de l’Assemblée législative provinciale
               706 rue Queen
               Fredericton, NB

Comme vous le savez, le mouvement pour l’arrêt de l’arrosage au Nouveau-Brunswick a subi une croissance rapide depuis la saison de chasse 2015 lorsque les chasseurs ont  observé qu’il n’y avait presque plus de chevreuils dans nos forêts publiques. L’effondrement catastrophique  du cheptel de chevreuil se poursuit, avec la population maintenant rendue au quart de ce qu’elle était 30 ans passés. Une campagne pour ramasser des signatures de pétition qui a  commencé le 16 décembre 2015 avec une soumission initiale de presque 1200 signatures de Kedgwick, a été suivie par la remise de 12,686 signatures le 18 mai, 2016. Cette pétition pour l’arrêt de l’arrosage d’ herbicides sur les forêts publiques et sous les lignes d’Energie NB  est maintenant la  plus GRANDE pétition enregistrée dans l’histoire du Nouveau-Brunswick. Notre  gouvernement a un devoir d’ écouter ces 27,225 électeurs. Ce nombre va continuer de croître, alors que  plusieurs membres de nos communautés deviennent actifs dans ce mouvement. Chaque semaine,  nous avons de nouvelles personnes prêtes à recueillir des signatures dans leur communauté.  En septembre 2016, un Néo-Brunswickois retraité, Amédée Boucher, s’est impliqué  activement pour la cause et a recueilli  7,000 signatures dans la Péninsule acadienne dans une courte période de 2 mois avec quelques autres résidents.  Donc, un événement fut planifié par des organisateurs de Tracadie, supporté par SSNB, afin de discuter de l’arrosage et a connu une bonne participation.  Ce soir-là, le député de Fredericton, David Coon, a pris le temps, malgré son horaire fort occupé, de voyager jusqu'à Tracadie en un vendredi soir, et a reçu un total de 12,877 signatures incluant les signatures recueillies par Amédée Boucher et un autre lot reçu par SSNB  de partout dans la province. Le 2 décembre, 2016 un autre lot de 566 signatures est arrivé dans le courrier de SSNB. Les députés libéraux locaux ont refusé d’assister à cette rencontre.

 "Les gens de la Péninsule acadienne refusent d’être empoisonnés," dit Amédée Boucher, responsable d’avoir recueilli un volume de signatures dans cette zone, "mais la signature de la pétition est seulement le premier pas. Ca va prendre votre présence le 6 décembre afin de laisser un message clair  à nos politiciens: assez, c’est assez." Les  données récentes du Maine Fish and Wildlife, Québec Chasse et Pêche, Ministère des  Ressources naturelles de la Nouvelle-Ecosse et du Nouveau-Brunswick démontre que le nombre de captures  dans le NB sont maintenant à 15% de ce qu’elles étaient  en 1985, alors qu’au Québec, le nombre de capture a triplé et dans le Maine, il est resté relativement stable pour cette même période. La combinaison de l’augmentation des  coupes  à blanc et de l'arrosage de glyphosates  sur les plantations en monoculture de bois mou ont éliminé une très grand quantité de nourriture des chevreuils, supprimant  l’approvisionnement en nourriture à  32,000 de ces bêtes chaque année. Les gens qui vivent près de la forêt ont eux-mêmes remarqué les effets sur la population de chevreuils au NB.

Un guide de la faune et  propriétaire de lots boisés privés, Léo Goguen de Rogersville, est en forêt constamment et a déjà déclaré , "Notre moyen de subsistence dépend de la chasse du gros et petit gibier. Irving non seulement empoisonne la viande qui nous permet de manger mais détruit de nombreux habitats qui permettent à la faune de survivre et de se reproduire.  Nous perdons le revenu des activités de loisirs et nos familles sont dépossédées de nourriture saine provenant de nos forêts.  Léo a aussi été victime de préjudice sur les  effets sur son moyen de subsistance comme propriétaire de lots boisés privés.

Le nord du Nouveau-Brunswick  est grandement troublé par ce qui se passe: "Nous,  à EcoVie, sommes très préoccupés  par ce qui arrive dans nos forêts", dit Clément Arpin, propriétaire à la retraite d’une ancienne usine à valeurs ajoutées, de Kedgwick. "28% de toutes les forêts arrosées au Canada sont au NB et le NB représente 0.7% de la superficie de notre pays. C’est beaucoup d’arrosage de pesticides tout autour nous! Nos belles forêts  mixtes sont transformées en plantations .... une monoculture n’est pas une forêt.  Nous devons réaliser qu’une forêt diversifiée nous apporte de la diversité dans les emplois et une stabilité dans notre économie. On ne peut pas faire du sirop d’ érable  avec des épinettes. Alors pourquoi tuer nos feuillus alors que nos érablières  ont  augmenter leurs revenus  de 1000% dans la dernière  décennie comme l’a déclaré notre Premier Ministre, Brian Gallant, lors d’une de ses visites à Kedgwick?  On doit travailler avec le forêt, mettre nos gens au travail au lieu d’utiliser des pesticides qui détruisent notre belle diversité."

Le député David Coon est depuis longtemps défenseur de la cause pour l’arrêt de l’arrosage d’ herbicides sur les forêts et sous les lignes d’Energie N.B. Le 2 décembre, 2016, David Coon a fait cette puissante déclaration: "Arrêtons la coupe à blanc intensive et disons au revoir à l’arrosage d’herbicides » :
http://greenpartynb.ca/en/8-news/1007-stop-the-runaway-clearcutting-and-say-goodbye-to-herbicide-spraying. Cette citation dans sa déclaration en dit long: "Notre province  est une de trois dernières provinces canadiennes s'accrochant à cette pratique, malgré de nombreuses pétitions semblables à celle-ci , et des voix s’objectant depuis longtemps provenant de nos milieux ruraux . Ils ont droit à un environnement sûr, à vivre sans peur pour leur bien-être et celui de la faune qui habite nos forêts." "Le fait que ce sont les contribuables qui paient pour l’arrosage de nos forêts à un coût de $ 2.4m/année est juste ridicule", dit le Dr. Caroline Lubbe-D’Arcy, organisatrice du groupe SSNB. "De plus,  notre gestion forestière crée moins emplois que jamais auparavant, ce qui ne fait aucun sens. Nous avons besoin de remettre au travail nos équipes d’éclaircisseurs.  Nous laissons des travailleurs formés assis chez eux pour soutenir une pratique de gestion forestière qui est non durable.   Ces gens pourraient être au travail et contribuer à notre économie au lieu d’être en manque d’emploi."

SVP venez rencontrer des membres pour l’arrêt de l’arrosage  et autres Néo-Brunswickois qui sont grandement préoccupés par la poursuite de cette pratique en dehors l’édifice de l’Assemblée législative ce mardi 6 décembre, 2016 à midi. Tous les dirigeants politiques  et députés sont invités à assister et démontrer leur soutien.

Contacts pour les médias: (seront présents à l’événement à Frédéricton)
Dr. Caroline Lubbe-D’Arcy, SSNB,Fredericton, cellulaire 506-292-7503 (contact médias anglais)
André Arpin, ECOVIE , Kedgwick, cellulaire: 506-284-0593 (contact médias français)
Amédée Boucher, Péninsule acadienne, cellulaire: 709-792-4033

New Post from New Brunswick Anti-Shale Gas Alliance

Let’s close the door on shale gas development once and for all

Commentary by Jim Emberger (Fredericton Gleaner, Nov 23, 2016) We applaud the Gallant government’s decision to amend the Clean Environment Act to ban the disposal of fracking wastewater in municipal and provincial sewage treatment systems.    The scientific studies behind the decision have long noted that municipal wastewater systems were not…

Read more …

Il y a tellement de consultations du gouvernement qu’il est difficile de tout suivre ! Nous avons tenté de simplifier cette tâche en présentant la liste de celles qui intéressent les groupes environnementaux avec leur date limite :

Pré-budget provincial
Les Néo-Brunswickois sont invités à assister aux séances publiques qui auront lieu prochainement en vue d’établir les priorités du budget de 2017-2018. 16 novembre au 5 décembre

Réforme électorale provincial
La Commission sur la réforme électorale étudie des systèmes de votation alternatifs, l’âge de vote, et d’autres règlements électoraux. Date limite : 30 novembre

Eaux navigables fédéral
Revue des changements introduits par l’ancien gouvernement à la loi sur la protection des eaux navigables. Date limite : 7 décembre

Loi sur la protection de l’environnement fédéral
Revue complète des dispositions et de l’application de la loi canadienne sur la protection de l’environnement. Date limite : 1 décembre

Organismes de bienfaisance fédéral
Modernisation des règles régissant le secteur des organismes de bienfaisance et leurs activités politiques. Date limite : 9 décembre

Évaluation environnementale fédéral
Revue complète des processus d’évaluation environnementale au Canada. Date limite : 18 décembre

Pêches fédéral
Revue des changements introduits en 2012-13 à la loi sur les pêches par l’ancien gouvernement. Recherche de commentaires sur la restauration des habitats protégés qui ont été perdus et sur l’intégration de mécanismes de protection modernes. Aucune date limite mentionnée, mais le comité doit soumettre son rapport « au début de 2017. » Date limite :

Office national de l’énergie fédéral
Un examen ciblé de la structure de l’ONÉ, de son rôle et de son mandat selon la loi sur l’office national de l’énergie. Date limite : 17 janvier

Approbation d’exploitation selon la loi sur l’assainissement de l’air – Irving provincial
Renouvèlement de l’approbation d’exploitation du complexe des chutes réversibles à Saint-Jean de Irving Pulp and Paper Limited. Date limite : 7 mars

Displaying

Media Advisory

CCNB available for comment on new report calling on federal government 
to phase-out coal powered electricity generation by 2030

What: Dr. Louise Comeau, the Conservation Council’s Director of Climate Change and Energy Solutions, will be available to respond to questions about a new report, Out with the coal, in with the new: National benefits of an accelerated phase-out of coal-fired power. The report will be released in Ottawa by the Pembina Institute in collaboration with CCNB and other health and environmental groups. The report assesses the potential health and climate change benefits from phasing coal out of electricity production by 2030.

When: Monday, November 21, 2016, 11 am. Atlantic

Who: Dr. Louise Comeau Director of Climate Change and Energy Solutions.

Where: Conservation Council of New Brunswick, 180 St. John St., Fredericton, NB

Why: Burning coal to generate electricity contributes to air pollution affecting human health, as well as climate change through high levels of greenhouse gases per MWh of electricity produced. There is a global movement away from coal to secure health and climate protection benefits. We are asking the federal Government to announce an accelerated coal phase-out in the lead up to First Ministers meeting in Ottawa December 9, 2016.

Contacts:Louise Comeau, louise.comeau@conservationcouncil.ca506 238 0355
Barb MacKinnon, New Brunswick Lung Association, barb.mackinnon@nb.lung.ca506 455 8961
Pour diffusion immédiate
Le 22 novembre 2016

cake

Fredericton – Le Réseau environnemental du Nouveau-Brunswick a fêté son 25e anniversaire durant le weekend. Durant les célébrations, une reconnaissance particulière a été accordée aux sept groupes qui ont été membre du réseau pendant ces 25 années : la Fédération atlantique du saumon, Vertige de l’école secondaire Mathieu-Martin, le Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick, le Grand Manan Whale and Seabird Research Station, Nature N-B, la Fondation pour la protection des sites naturels du Nouveau-Brunswick, et Trees International.

Il y a maintenant 100 groupes de citoyens environnementaux de toutes les régions du Nouveau-Brunswick qui font partie du Réseau. « Ce weekend a marqué un double jalon pour le réseau » a fait remarquer Raïssa Marks, directrice générale du RENB. « Il était parfaitement approprié d’accueillir notre 100e groupe durant l’évènement de notre 25e anniversaire. »

Vanessa Roy-McDougall, directrice générale de Nature NB a déclaré que son groupe était fier d’avoir fait partie du RENB pendant ces 25 dernières années. « Le travail consciencieux durant ces années nous a permis d’entrer en contact avec d’autres groupes environnementaux et a contribué à conserver l’héritage naturel du Nouveau-Brunswick encore mieux. »

Pour sa part, Lois Corbett, directrice générale du Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick a ajouté que son groupe « était fier d’avoir fait partie du RENB pendant vingt-cinq années. Les groupes du Réseau et leurs membres, y inclus ceux du Conseil de conservation, représentent les citoyens de toute la province et en travaillant ensemble, notre voix unifiée est plus puissante pour l’eau et l’air et pour une économie dynamique plus verte.  »

Les groupes environnementaux des jeunes ont toujours été une partie importante du Réseau, comme l’a expliqué Mylène Chavarie de Vertige de l’école secondaire Mathieu-Martin. « Vertige est extrêmement fier de faire partie du RENB. Les ressources fournies par le Réseau ont été des outils très utiles au cours des 25 dernières années. Le comité Vertige est énormément honoré de faire partie du RENB depuis ses tout débuts.  »  »

Laurie Murison du Grand Manan Whale & Seabird Research Station a réfléchis à ces 25 dernières années. « Nous étions très heureux de nous joindre au réseau des groupes environnementaux du Nouveau-Brunswick il y a 25 ans. À cette époque, les communications entre les groupes se limitaient à des appels téléphoniques, des correspondances ou à des rencontres. Le besoin d’entrer en contact avec les autres et d’avoir l’occasion de profiter de nouvelles compétences ont été très avantageux et désirables. Le développement d’un réseau efficace au cours des années au Nouveau-Brunswick avec de nouveaux membres a renforcé notre détermination à demeurer membre. »

Les célébrations du 25e anniversaire qui ont eu lieu à Fredericton le 19 novembre ont réuni plus d’une centaine de personnes provenant de 53 groupes environnementaux de toutes les régions du Nouveau-Brunswick.

Le mandat du Réseau est d’améliorer les communications et la coopération parmi les groupes environnementaux et entre ces groupes et les organismes gouvernementaux et les autres secteurs.

-30-

Contact: Raissa Marks, 506-855-4144, raissa.marks@nben.ca
The New Brunswick Anti-Shale Gas Alliance is proud to support the lawsuit filed by Elsipogtog First Nation, on behalf of the Mi’kmaq Nation, to claim Aboriginal title to the Mi’kma’ki district of Sikniktuk in New Brunswick.

Our support is grounded in many things. In recent history we have been allies against a common enemy that threatened all of us with the contamination of our water, air and land. Many of our members, both Anglophone and Francophone from around the province, stood with the people of Elsipogtog as they peacefully defended their land. Some were arrested alongside them and still others sent money and supplies to support the cause.

We have also stood shoulder to shoulder with our other indigenous allies, the Wolastoqewiyik, in the peaceful defense of mother earth, understanding that such actions are often necessary to protect that which sustains life when it is threatened.

We also support this suit because we are joined with First Nations by history, including the mutual signing of treaties in centuries past. While we cannot undo the hardships that befell First Nations in the years since those treaties were signed, we can say—along with the Supreme Court of Canada—that the passage of time does not diminish the rule of law.  Treaties signed remain treaties to be respected and enforced.

Canada’s governments and citizens alike are thus obligated both legally and morally to acknowledge the terms of those treaties which, beyond dispute, entitle the First Nations the right to protect the water, air and land necessary to support their way of life.

By doing so we also acknowledge that we are helping New Brunswick, and the world, rediscover the values that are necessary for our continued existence.

Jim Emberger, Spokesperson
New Brunswick Anti-Shale Gas Alliance


Kenneth Francis accepting solidarity statement on Aboriginal Title Claim from Jim Emberger, NBASGA @ NBEN Annual Meeting (photo Mark D’Arcy)
Canadian Parks and Wilderness Society - New Brunswick Chapter (CPAWS NB) is encouraging New Brunswickers to get involved in a public consultation on the provincial government’s proposed construction of snowmobile trails and hub in Mount Carleton Provincial Park. The provincial Department of Tourism, Heritage and Culture has released an environmental assessment report on the proposal, and has invited members of the public to submit comments before November 21.

“CPAWS NB is very concerned about the impact of this project on the wilderness and wildlife of our iconic and wildest provincial park,” says Roberta Clowater, CPAWS NB Executive Director. “Unfortunately, the environmental assessment report does not do a good job of identifying the potential environmental impacts of such a trail. We encourage all New Brunswickers to share their views on this proposed project with our provincial government.”

CPAWS New Brunswick has reviewed the Environmental Assessment report, and developed a summary of comments that it hopes will contribute to the public discussion around this proposed development at Mount Carleton Provincial Park.


Our review found that:
• The provincial government has apparently not done surveys to determine if there are habitats for species at risk, such as bald eagles, Canada lynx, or Gaspé shrews along the proposed development route, especially the new snowmobile trail up the side of Mount Carleton.
• The report dismisses the potential impacts of snowmobile noise and compaction of snow on wildlife, ignoring a significant body of research that indicates snowmobiling can negatively impact moose, bald eagles, hibernating bears and small mammals over the long term.
• The report also ignores evidence that snowmobiles and groomers can reduce winter survival for small mammals by compacting snow or collapsing the tunnels they use to search for food, which could affect food sources for owls, hawks, Canada lynx, foxes, and American marten – resulting in impacts up the food chain.

“Mount Carleton Provincial Park is one of our most treasured landscapes and the provincial government is supposed to protect it as a beautiful wild place for all New Brunswickers to enjoy, now and in the future. The significant gaps in the assessment report reinforce CPAWS NB’s belief that the proposed new snowmobile trail up the side of Mount Carleton should not move forward. It is difficult to see how the Department of Tourism, Heritage and Culture can undertake this part of the project in a way that avoids or mitigates the potential impacts on wildlife and trail erosion. We hope the environmental assessment process gives serious consideration to all of the missing information related to this project, especially given the public expectation for higher scrutiny of development proposals in a provincial park,” Clowater noted.

The public can submit comments on or before November 21 to: lynn.white@gnb.ca or mailed to Lynn White, Department of Tourism, Heritage and Culture, P.O. Box 6000, Fredericton, NB E3B 5H1.
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

L’arrosage de pesticides dans nos forêts vous préoccupe? Vous désirez en savoir plus sur cette pratique dans notre région? Un grand rassemblement est organisé par un groupe de citoyens concernés par l’arrosage et ses répercussions sur la santé :

Vendredi le 18 novembre à 7 :00
Au Marché Centre-Ville
3416 rue Principale
Tracadie, N.-B.

Un total d’au moins 14,000 signatures pour l’Arrêt de l’arrosage au NB vont être présentées lors de cette soirée. David Coon, chef du Parti Vert du N.B., a accepté de recevoir et remettre la pétition à l’Assemblée législative à Frédéricton. Il sera donc présent à cette rencontre. De ces 14,000 signatures, un total de 8,000 signatures ont été amassées dans la Péninsule acadienne en seulement 3 mois pour la campagne continue de Stop Spraying NB (14,000 signatures accumulées tout autour de la province ont déjà été soumises à l’Assemblée législative du NB en Mai 2016). Les autres 6000 signatures ont été reçues de plusieurs citoyens de partout dans le reste de la province pour le groupe Stop Spraying NB. La Péninsule fait maintenant partie du mouvement provincial pour l’arrêt de l’arrosage STOP SPRAYING N.B. Mais en plus des forêts, les gens de ce coin de la province sont aussi énormément préoccupés par l’arrosage dans la culture des bleuetières. « Les gens de la Péninsule ne veulent plus être arrosés de poison », dit Amédée Boucher, responsable d’avoir recueilli une grosse partie des signatures, «  mais signer la pétition n’est que la première étape. Ça va prendre votre présence le 18 novembre pour laisser un message clair à nos politiciens : assez, c’est assez ». Il invite tous les organismes qui ont à cœur nos forêts, la nature, la santé et les générations futures à venir les appuyer. Mad. Nancy Benoit, mère de trois jeunes enfants ,ajoute « Le taux de cancer augmente de façon tragique et à chaque année, chaque famille est touchée par cette maladie et de plus en plus jeune. C’est plus que le temps qu’on y voit ». M. Eloi Benoit, pour sa part, croit «qu’ il faut penser à nos générations futures et que si on continue comme ça, on s’en va dans la mauvaise direction. De plus, qui prend soin des animaux? » de conclure M. Benoit. On vous attend donc en grand nombre!

Nous avons maintenant soumis un total de 28,000 signatures depuis le début de la campagne en décembre 2015.

Pour plus d’information, vous pouvez contacter Nancy Benoit au 506-397-0683.
Le 9 novembre 2016, la Première nation d'Elsipogtog dépose une réclamation au nom de la Nation Mi'kmaq pour le titre aborigène du district Mi'kma'ki de Sikniktuk, au Nouveau-Brunswick.

«Cette revendication concerne la protection de nos terres et de nos eaux pour nos enfants et nos générations futures», a déclaré Elsipogtog Chief Arren Sock. "Nous ne pouvons pas rester en place pendant que le gouvernement nous ignore et prend des décisions qui menacent les terres traditionnelles des Mi'kmaq. Il est temps pour nous d'exercer nos droits et responsabilités pour protéger notre territoire. "

Les Mi'kmaq, y compris les ancêtres d'Elsipogtog, ont signé des traités de paix et d'amitié avec la Couronne britannique dans les années 1760. Les traités n'incluaient pas la remise des Mi'kmaq de leurs terres. Dans la revendication, Elsipogtog demande à la Cour de confirmer que la Nation Mi'kmaq continue de détenir des titres et droits autochtones à Sikniktuk et d'ordonner des injonctions empêchant la destruction des terres, de l'eau, de l'air et des forêts.

"Nous voulons offrir de l'espoir et de la force à nos jeunes en prenant position pour protéger le titre et les droits des Mi'kmaq", a déclaré Kenneth Francis, porte-parole de Kopit Lodge, qui représente Elsipogtog sur les questions de développement des ressources. «Le gouvernement fédéral a promis une nouvelle relation avec les peuples autochtones basée sur le partenariat et le respect et qui est conforme à la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Malheureusement, nous voyons encore le Canada et la province méconnaître nos droits et prendre des décisions qui menacent la santé de notre peuple et de nos terres. En déposant cette demande, nous demandons aux deux paliers de gouvernement de prendre les démarches nécessaires afin que nos droits soient pris au sérieux.

La revendication vient à un moment où les peuples autochtones et non autochtones du Nouveau-Brunswick ont ​​à maintes reprises soulevé des préoccupations au sujet des décisions du gouvernement concernant les terres et les eaux dans le territoire des Mi'kmaq.

«Elsipogtog entend continuer à travailler avec nos voisins autochtones et nos alliés canadiens pour assurer la protection des terres et des eaux qui nous soutiennent», a déclaré le chef Sock. «En tant que partie de la nation Mi'kmaq, nous avons la responsabilité d'agir comme intendants de notre territoire. Réaffirmer notre droit de prendre des décisions sur nos terres et nos eaux est un élément essentiel de la sauvegarde de Sikniktuk pour tous nos avantages à long terme.


Contacts médias:

Chef Arren Sock: 506-523-8705
Kenneth Francis, porte-parole, Kopit Lodge: 506-523-5823
Bruce McIvor, avocat-conseil: 604-785-0327
Branchez-vous, faites des vagues, organisé par le RENB, est un défi provincial qui encourage les groupes de jeunes et communautaires à travailler ensemble et entreprendre des projets de nettoyages de rives et de plantation d’arbres. Afin de promouvoir la conservation dans la province, les jeunes ont également pris part à un défi photo!

Ensemble, les groupes ont planté 1254 arbres et nettoyé 20 hectares de rivages !

Même si le défi 2016 s’est terminé le 21 octobre, vous pouvez toujours voter! 

Votez pour votre défi préféré en cliquant sur le site web du défi. Votez pour vos défis préférés en sélectionnant (^). La période de vote se termine le 18 novembre. 



Merci d’appuyer les efforts de conservation des jeunes et des communautés!
Bird Feeding Basics

Nature Moncton Workshop

Sunday, November 27, 2016. 1:00 -4:00 pm
Tankville School, 1665 Elmwood Dr., Moncton


Nelson Poirier will give a session on Bird Feeding Basics on Sunday November 27, 1:00-4:00 pm at the Tankville School, 1665 Elmwood Dr., Moncton.

Topics dealt with will include setting the best buffet that will attract the biggest variety of visitors, suggested feeder types with pros and cons, placement of feeders to best protect yet enjoy your visitors’ presence, getting to know your guests with bird guides/binoculars, the different behavior expectations of your visitors, surprise visitors, placing the "unwelcome" matt out for unwanted visitors, and suggestions on hygiene.

All are welcome, Nature Moncton member or not. $8 fee per participant to cover costs.
Select Committee on Climate Change Report Could Set Stage for a Sustainable New Brunswick

Louise Comeau, Director of Climate Change and Energy Solutions

October 24, 2016

The Final Report of the Select Committee on Climate Change is a testament to the value of making our voices heard. Members of the eight-member, all-party committee (http://www.conservationcouncil.ca/select-committee-engages-all-nbers-in-growing-the-green-economy/) listened to New Brunswickers and have delivered a report that could lay the foundation for long-term sustainability and stable jobs while meeting our climate protection goals.

The Conservation Council is calling on the Government to adopt the Committee’s recommendations and to tell New Brunswickers in its November 2 Speech from the Throne how it intends to convert the recommendations into action.

The Select Committee’s recommendations closely align with the recommendations the Conservation Council made it in its climate action plan. Our climate action plan proposals (http://www.conservationcouncil.ca/our-programs/climate-and-energy/) included calling on Government to phase coal out of electricity production by 2030 and to move toward a zero emitting system by expanding its commitment to renewable energy.  The Select Committee calls for fossil-fuel free electricity system by 2030 and an increase in the Renewable Portfolio Standard to 60% from 40%. We called for a carbon pricing regime where revenue would be used to finance investments in deep retrofits of buildings, including social housing, and to create incentives to transform transportation so it relies more on clean electricity. The Select Committee recommends the creation of a Climate Fund to do just that.

With respect to governance, the Select Committee also listened, calling as the Conservation Council did, for introduction of a Climate Change Act to set in law a provincial greenhouse gas reduction target of 40% below 1990 levels by 2030 and by 80 percent below 2001 levels by 2050.  The Committee also called on Government to strengthen building codes, planning legislation and guidelines, and procurement rules to require low-polluting choices. With respect to Government operations, the Select Committee calls on Government to establish a cabinet committee on climate change, chaired by the Premier, and to strengthen the capacity of the Climate Change Secretariat to get things done.

We want to thank the Committee for its hard work and for so respectfully listening to New Brunswickers. Now we wait to hear whether Government respects the Committee’s work as much as the Conservation Council does.

For more information, contact: Louise Comeau, louise.comeau@conservationcouncil.ca; 506 238 0355
Holiday greetings!

The Conservation Council of New Brunswick is excited announce that our upcoming holiday edition of Eco-Alert – our seasonal informative magazine enjoyed by over 10,000 English and French readers throughout the province – will be celebrating the many local NB producers that make buying local worth every penny!

Considering this, we are offering special holiday discounted pricing for advertisements in this issue and we would love to help spread the word about your organization this holiday.

Eco-Alert is a bilingual publication and reaches a wide demographic in New Brunswick and we think Eco-Alert would be a great fit for your business. Help us make buying local to be the new gift of choice this holiday!

You can view our rates here. We even have rates as low as $75 for special, smaller business card-sized ads!

Check out an online version of our latest issue of Eco-Alert here.

If you are interested in purchasing ad space, would like to receive a copy of our magazine, have any questions, or, better yet – have a story you want to share - please don't hesitate to give us a call at 458-8747.

We look forward to hearing from you,

 The Conservation Council of New Brunswick

 
Our 47th Annual General Meeting is coming up Saturday, November 5! We really hope to see you there. It is a time to discuss our year, catch up with friends, and meet our dedicated staff. Please RSVP at info@conservationcouncil.ca.

Notre 47e assemblée générale annuelle est à venir samedi, le 5 Novembre! Nous espérons vous voir. Il est un temps pour faire notre année, rattraper avec des amis et de rencontrer notre personnel dévoué. S'il vous plaît RSVP à info@conservationcouncil.ca.

Conservation Council of New Brunswick's
47th Annual General Meeting

When: Saturday, November 5 at 10am to 2pm.

Where: Moncton Press Club, 160 Assomption Blvd, Moncton

Agenda:

10:00 am - Annual General Meeting
12:00 pm - Lunch

With special guest speakers from the Petitcodiac Watershed Alliance.

All are welcome but you must be a current member to vote during the business meeting. We invite supporters, volunteers and those curious about CCNB to join us! For more information, contact or email info@conservationcouncil.ca.

I hope to see you there!

47e assemblée générale annuelle
du Conseil de Conservation du Nouveau-Brunswick

Quand : samedi le 5 novembre de 10h00 à 14h00.

Où : Moncton Press Club, 160 Assomption Blvd, Moncton

Agenda :
10h00 – Assemblée générale
12h00 – Diner

Avec les orateurs spéciales de l'Alliance du Bassin Versant Petitcodiac.

Tous sont les bienvenus, mais seulement les membres sont invités à voter durant l’assemblée. Nous invitons nos bénévoles, partisans et tous ceux qui veulent s’informer de CCNB à se joindre à nous. Pour plus d’information, veuillez contacter 506-458-8747 ou envoyez un courriel àinfo@conservationcouncil.ca.

J’espère vous voir là !

Liane Thibodeau
President / présidente
Enjoy an elegant evening at The Cocoa Room in the beautiful Chocolate River Station. Join the Southeast Chapter of the Conservation Council on Sunday, October 23rd, as we celebrate all that is local with our annual 100 Mile Dinner fundraiser. A 3-course meal, guest speakers, local music, silent auction, vendor fair, and the much anticipated presentation of the Environmental Journalism Award in memory of Beth McLaughlin will make for a memorable evening indeed!




Tickets are limited and must be purchased in advance in person at The Corn Crib (337 Mountain road) or online on Eventbrite by following the link below:




https://www.eventbrite.com/e/100-mile-dinner-tickets-27824167835


100 Mile Dinner Poster
 © 2018 NBEN / RENB