Les défenseurs des droits célèbrent l'adoption par le Sénat du premier projet de loi canadien sur la justice environnementale, qui marque une étape historique

OTTAWA | TERRITOIRE TRADITIONNEL NON CÉDÉ DU PEUPLE ALGONQUIN ANISHNAABEG —
Les défenseurs de la justice et de l'équité sociales, de la protection de l'environnement et de la santé publique se réjouissent de l'adoption par le Sénat du projet de loi C-226, la Loi sur la stratégie nationale sur le racisme environnemental et la justice environnementale (Loi sur la stratégie en matière de justice environnementale). Hier, la Loi sur la stratégie en matière de justice environnementale a été adoptée en troisième lecture par le Sénat, la sanction royale étant attendue prochainement et représentant la dernière étape du processus législatif.

L'article complet est en anglais. Il est disponible ici.
Découvrez cette nouvelle vidéo qui présente une brève introduction aux solutions climatiques fondées sur la nature ! Elle présente notre travail sur les solutions fondées sur la nature et notre communauté de pratique/banque de ressources !

Le Zoo de Magnetic Hill, à Moncton, au Nouveau-Brunswick, s’est récemment associé à un club de naturalistes local, Nature Moncton, pour installer une webcam sur un nichoir de faucon pèlerin. En 2010, des amateurs d’oiseaux de la région ont reçu les autorisations appropriées pour construire et installer un nichoir sur une tour d’habitation du centre-ville de Moncton. La boîte a été utilisée pour la première fois par les faucons pèlerins en 2011 et chaque année depuis.

Dans la dernière année, le club Nature Moncton s’est intéressé à installer une caméra dans le nichoir. Un partenariat a été formé avec le Zoo et le fonds de conservation du zoo a fourni le financement nécessaire à l’installation de la caméra et à l’hébergement de la vidéo en direct sur le site Web du Zoo. Maintenant, les résidents de Moncton (et d’ailleurs) ont une façon unique de se connecter avec la nature, de l’observer et d’en apprendre davantage sur elle!

« C’est vraiment important pour notre mission d’éducation, de conservation et d’inspiration des gens à vouloir protéger les espèces sauvages », a déclaré Jill Marvin, directrice du Zoo et du parc de Magnetic Hill. Des études ont montré que les webcams de la faune augmentent la compréhension de la biologie de la faune par les téléspectateurs, y compris une motivation accrue à les protéger (Johnson-Pynn, Carleton, 2019).

La nidification des faucons pèlerins commence généralement en mars et deux à cinq œufs sont pondus à intervalles réguliers en avril. Une fois que tous les œufs sont pondus, la période d’incubation commence pendant 31 à 35 jours. Les poussins éclos grandissent rapidement et prennent leur envol vers le 40e jour.

Les vidéos en direct ont attiré beaucoup d’attention. « Une fois que vous commencez à regarder, vous ne pouvez pas vous arrêter ! », a déclaré Fred Richards, président de Nature Moncton.

On Thursday, April 18th, join East Coast Environmental Law staff lawyers Mike Kofahl and Tina Northrup, along with guest speaker Marg Milburn, for an engaging evening of presentations, conversations, and learning about global and local movements to win legal rights to a healthy environment!

Where: Wu Conference Centre, Aitken Room (Room 217)
When: Thursday, April 18th: 6:00-8:30 PM

Admission is free, and all are welcome.

This public legal education session has been made possible by funding from the New Brunswick Law Foundation.

NB Media Co-op  February 2, 2024
by
Jim Emberger, Spokesperson for the New Brunswick Anti-Shale Gas Alliance

Premier Blaine Higgs’ continuing desire to exploit shale gas and LNG can only be described as “perverse,” which the dictionary defines as “showing a deliberate and obstinate desire to behave in a way that is unreasonable or unacceptable, often in spite of the consequences.”

Higgs referenced LNG development during his State of the Province address on Jan. 25.

“We have so many advantages with our direct access to the U.S. and international markets along with our rich natural resources including wind, minerals, water, forestry, and natural gas,” he said.

“That’s where I believe we have a tremendous opportunity to punch above our weight and really impact global emissions.”

His obstinate, decade-long pursuit of shale gas, can reasonably be called obsessive. It begins with his continuing promotion of gas even after citizens voted out the Alward government, which ran on the issue.

As premier, Higgs has repeatedly attempted to revive shale gas by partially lifting the moratorium and by backing an LNG plant in Saint John, but these and other efforts never attracted investors. His campaign for gas continued even during the years when shale drillers were losing billions of dollars and going bankrupt.

An award-winning public health report by then-Chief Medical Officer of Health, Dr. Cleary, and evidence presented to the Commission on Hydrofracturing, and contained in a lawsuit against the government, catalogued the serious health dangers of fracking. Neither these nor a myriad of other serious negative consequences from fracking caused Higgs to reconsider his crusade for gas.

But his current push for gas is particularly perverse, as it comes at a time when we must address the glaringly obvious matter of the climate crisis.

We just experienced the warmest year and decade in 125,000 years, accompanied by record-breaking heat waves, droughts, floods, storms, melting poles and glaciers, and forest fires in every part of the world, totalling a record number of climate-related disasters that each exceeded a billion dollars-plus in damages. Climate tipping points may have been passed or are rapidly approaching.

This was eye-opening enough that the nations of the world finally, and unanimously, agreed at the COP28 meeting to “transition away from fossil fuels in energy systems” and “reduce both consumption and production of fossil fuels in a just, orderly and equitable manner.”

In real numbers, for gas, that means that by 2030 we must reduce usage by 42 per cent — minimum and that no new fossil fuel projects should be started. Canada signed a separate pledge to reduce the amount of methane (natural gas) emissions, as methane is 86 times more potent than CO2 in trapping heat, which can make it as bad as burning coal.

The science journal Nature, summed up COP28 this way: “Phasing out fossil fuels is not negotiable. World leaders will fail their people and the planet unless they accept this reality. In the end, the climate doesn’t care who emits greenhouse gases…. This year’s climate extremes have made it all too clear that there is no truly safe level of warming, and every fraction of a degree matters.”

In response, U.S. President Joe Biden just paused the approval of all new LNG export projects (Higgs’ biggest fantasy) in the States, until their true effect on climate change can be ascertained.

The health effects of LNG’s large volumes of pollution on surrounding communities will also be investigated.

Shale gas production itself has also been shown to severely stress public health systems, especially hospitals, in many ways. Studies have associated fracking with a long list of diseases, such as birth defects, leukaemia, asthma, and heart disease, among others.

Fracking is a dangerous industry with lots of accidents, and the thousands of truck trips the industry requires are associated with increased traffic accidents. The heavy trucks also destroy roads and bridges, which cost millions to repair, while also hampering emergency vehicles. In a province with a struggling health care system and deteriorating infrastructure, shale gas is unacceptable.

The gas industry requires experienced workers, many of whom will come from other provinces. Studies of communities that host shale gas development show the industry brings with it higher rents and a spike in evictions.

New Brunswick is not unique: the financialization of real estate, a lack of government investment in public housing, and an over-reliance on market forces by policymakers has created a housing crisis. The gas workers could displace local residents, and they, like other immigrants to the province, would be blamed for a crisis they did not create.

In a province trying to preserve its forests, fracking will segment forests with networks of roads, well pads, compressors, pipelines, and parking areas.

And it must be noted that there is still no safe way to dispose of toxic fracking wastewater, nor has Higgs established any meaningful degree of social license in either settler or Indigenous communities.

Can such devastating climate, health, social and economic consequences be ignored, as long as the province can collect some royalties?

This is perverse and unacceptable, and Higgs’ business case is also unreasonable, as it is outdated and untrue.

After a period of adjustment, caused by the war in Ukraine, the European gas market is now well-supplied. Europe uses only a small portion of its coal to generate electricity, and has long-standing plans to retire its coal plants. There is little evidence to show that they will require more gas from Canada to do so, as Higgs asserts. Also, as the research mentioned previously indicates, replacing coal with LNG brings no climate benefits.

European gas demands have decreased and are predicted to continue decreasing. Some analysts predict a glut of gas in Europe, as it continues a huge buildout of renewable energy and heat pumps, making gas investments very risky.

Premier Higgs would do well to follow the European model of renewables, heat pumps, and conservation into the future, rather than perversely clinging to an unhealthy and destructive fossil fuel past that must end.

Years ago the International Energy Agency coined the phrase “the Golden Age of Gas.” It now states that the Golden Age “is over.”

9 août 2023

Mike Holland
Ministre des Ressources naturelles et du Développement énergétique

Centre forestier Hugh John Flemming
Étage : 3
Case postale 6000
Fredericton, N.-B. E3B 5H1

Objet : Une lettre ouverte

Cher Monsieur Holland,

Au nom de Green Light NB Enviro Club Feu Vert et en tant que résidente rurale de la haute vallée de la rivière Saint-Jean, je vous écris en raison de mes préoccupations concernant la conservation des forêts au Nouveau-Brunswick. Je vous écris puisque vous êtes le ministre responsable de la protection de l'environnement du N.-B. – qui comprend les terres forestières, les cours d'eau comme les rivières et leurs affluents, et les terres agricoles. Ces trois types d'environnements distincts sont interconnectés et font partie intégrante du système écologique de la vallée de la rivière Saint-Jean. Tous les trois sont attaqués en raison de la surexploitation ; une conséquence directe de la coupe à blanc des forêts (privées et publiques) et des systèmes de gestion intensive des cultures industrielles qui favorisent de grandes étendues de terres en monoculture, en particulier la pomme de terre.

Un résultat évident de la coupe à blanc des forêts est la fonte accélérée des neiges qui met en danger les communautés le long du fleuve Saint-Jean chaque printemps. La surexploitation des terres agricoles accroît l'érosion, ce qui entraîne le déversement de tonnes de terre arable dans les cours d'eau et dans les rivières et les ruisseaux. En plus de la terre arable, les produits chimiques et les engrais utilisés dans la production de pommes de terre se retrouvent également dans le fleuve Saint-Jean et dans les sources d'eau des communautés le long du fleuve.

Je suis surpris que le gouvernement provincial ne parle pas plus des inondations. J'ai cherché sur Internet pour voir ce que fait le gouvernement du Nouveau-Brunswick pour lutter contre les changements climatiques – pour faire avancer cette province vers une gestion responsable de l'environnement.

10

J'ai trouvé l’infographie ci-bas sur le site Web du gouvernement du Nouveau-Brunswick.Bien qu'à première vue, il puisse sembler que la province fait sa part pour assurer la conservation, elle est très en deçà de l'objectif de conservation du Canada, qui est la conservation de 30 % des terres et des eaux du pays d'ici 2030. Cet objectif, en partie pour lutter contre le changement climatique, a été défini et approuvé par 55 pays qui font partie des Nations Unies. Cet objectif a été fixé pour garantir que les zones naturelles qui fournissent des avantages essentiels à l'humanité tels que la nourriture, l'eau propre, l'air pur et un climat stable sont protégées.

Le grand public accepte enfin que le changement climatique soit une réalité. Les températures augmentent et nos forêts souffrent. Certaines espèces d'arbres ne survivront pas à la hausse des températures et à des conditions plus sèches, et nous avons besoin d'une variété d'espèces d'arbres pour garantir qu'au moins certaines d'entre elles survivront au changement climatique. Nous avons besoin d'un programme pour rétablir les forêts naturelles dans toute la province où vivent les gens; pas seulement dans les parcs isolés, ou le long des autoroutes pour camoufler la coupe à blanc des terres forestières.


Comme l'illustre la carte ci-dessus, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a décidé que seulement 10 % de l'environnement de la province doit être protégé. Les petites lignes ondulées sur cette carte représentent des bandes étroites le long des routes et des lieux touristiques que le gouvernement juge dignes de protection. Cependant, les changements climatiques sont partout… pas seulement une bande étroite le long de l'autoroute Renous – Plaster Rock, pas seulement 10 % de la province.

Si notre héritage est de protéger 10 % de l'environnement de la province, cela signifie que 90 % ne sont pas protégés. Il est surprenant de voir que la carte qui illustre la zone protégée choisie présente une énorme étendue non protégée – c'est-à-dire tout le système de la vallée de la rivière Saint-Jean qui s'étend d'Edmundston à Saint-Jean. Il est important de protéger les zones où les gens vivent réellement.

Voici une liste des mesures qui doivent être prises immédiatement pour atténuer le changement climatique :

  1. Augmenter la cible de conservation à 30 % des terres du Nouveau-Brunswick, conformément à la cible de conservation du Canada et des Nations Unies.
  2. Des efforts immédiats pour protéger sur la santé des forêts, en particulier - l'identification des espèces d'arbres qui meurent à cause des changements climatiques.
  3. La replantation de la forêt doit inclure une variété d'arbres indigènes – à la fois des conifères et des feuillus.
  4. Pour ralentir la fonte printanière et prévenir l'érosion, les lois qui protègent les cours d'eau doivent être appliquées. Cela comprend l'application de l'interdiction d'abattage d'arbres dans la zone tampon de chaque côté des cours d'eau.
  5. Des incitatifs financiers aux propriétaires fonciers privés pour préserver les boisés existants, en particulier les boisés qui ont une pente de 20 % ou plus et/ou qui sont adjacents à des ruisseaux et des rivières.
  6. Les cours d'eau sur les terres de la Couronne doivent également être protégés contre la récolte.

Nous ne pouvons pas traiter le changement climatique comme un exercice de façade le long des autoroutes au profit de l'industrie touristique alors que 90 % du Nouveau-Brunswick - où vivent les citoyens du Nouveau-Brunswick - est laissé sans protection dans des régions agricoles industrielles toxiques, comme dans la région du haut Saint-Jean.

J'aimerais savoir ce que le gouvernement du Nouveau-Brunswick fera pour protéger la biodiversité du Nouveau-Brunswick et le bien-être de nos citoyens. Les objectifs actuels ne suffisent tout simplement pas.

Sincèrment,

Floranne McLaughlin
Membre de Green Light NB Enviro Club Feu Vert

Grand-Sault, N.-B.

 © 2018 NBEN / RENB