October 15, 2015



PRESS RELEASE



TransCanada blocking local residents from attending their Energy East Pipeline Community Liaison Committee meeting



SAINT JOHN – This week, nine local residents and landowners requested to sit in as observers at TransCanada’s Energy East Pipeline Community Liaison Committee meeting held at the Hampton Inn, Saint John, on Wednesday, October 14.  Blocking their entrance, a security guard informed them that only members of the Committee were permitted at the meeting.



Residents then asked to speak with a TransCanada representative. A short discussion took place with Pamela McKay, Trans Canada’s community consultant, which was videotaped. Ms. McKay informed the residents that TransCanada did not have a policy to allow observers at their Energy East community liaison meetings and that the residents would not be permitted to enter the meeting room.



https://youtu.be/a4hdSWxq1Pw

TransCanada blocking local residents from Community Liaison Committee in Saint John, Oct 14, 2015 (12:26)



“Unlike other local industrial committees, TransCanada denies entry to local citizens,“ said Saint John resident David Thompson who was part of the group kept out of the meeting.  Mr Thompson has a long history of participating in industrial liaison meetings, and presently sits on two other industrial community liaison committees in Saint John.  “We simply wanted to sit quietly and listen to tonight’s committee meeting.”



“Open, transparent, and democratic public participation should be the operating principles of each and every community liaison committee,” added Thompson. “The National Energy Board should be required to practice this.”



 “It’s a straw horse; it’s dishonest that TransCanada will go to National Energy Board and use this Community Liaison Committee as fulfilling part of their community outreach and consultation,” remarked Colin Seeley after being refused entry.  “As a person with a proposed pipeline running across my property, I have not been contacted since it was announced that the project was being delayed for 2 years.  Meanwhile, TransCanada has been pushing ahead with work on the project such as the recent borehole testing in Red Head.”



Leslie Hillman, Red Head resident and member of Red Head Anthony’s Cove Preservation Association (RHACPA), was also disappointed to be refused entry, “TransCanada should respect the interests, the health, and the well-being of the residents and make the meeting open to the citizen observers.”



Teresa Debly, a Red Head resident whose family property has already been impacted by industrial development in the area, says, “Several residents who have considerable experience with other industrial community committees, including myself, have repeatedly requested to be accepted as Committee members, but have been denied each time by TransCanada.  Back in February, I was utterly shocked when TransCanada hired a retired police officer to prevent landowners from attending these meetings.  We are calling upon TransCanada to immediately open up their Community Liaison Committee meeting.”



A copy of this News Release and the web link to the video is also being sent to the National Energy Board. 



Media contacts: David Thompson, Saint John, 506-635-1297 and Leanne Sutton, Red Head Anthony’s Cove Preservation Association, 506-654-7857
Cette année nous célébrons le 10e anniversaire du Collectif pour la santé environnementale des enfants!  Pour marquer cet anniversaire, nous organisons un atelier « La santé des enfants, l’équité et l’environnement: éveiller l’action » qui se penche sur l’enjeu d’une nouvelle perspective qui regroupe la santé, l'équité et l'environnement. Nous explorerons ce thème en posant les questions suivantes :

Quels sont les liens entre l’inégalité sociale, l’environnement et la santé des enfants?
Quelles actions sur le terrain peuvent être effectuées maintenant afin d’apporter de meilleurs résultats en matière de santé pour les enfants du N.-B?

Points saillants

·         Apprentissage expérientiel – Visite des endroits où les enfants du côté nord de Saint-Jean habitant et jouent (par des enfants)
·         Foire sur la santé des enfants, l'équité sociale et l'environnement

Conférenciers

·         La santé des enfants et l’environnement – le problème et la solution, Philip Landrigan, Professeur en médicine préventive et pédiatrie et doyen de « Global Health », Hôpital Mount Sinai, New York, NY
·         Vous prenez l’équité au sérieux? penser et travailler différemment, Jeffrey Masuda, Directeur,  The Centre for Environmental Health Equity et
professeur agrégé, École de kinésiologie et études de la santé et département de géographie, Queen's University, Kingston, Ontario
·         Rendre nos villes en santé, Anne Roué Le Gall, Professeur de l'EHESP, Responsable du diplôme d'établissement « Santé Publique et Aménagement des Territoires », École des hautes études en santé publique, Rennes, France
·         Instantané du N.-B.: Associations et tendances, Michelina Mancuso, Directrice générale de l’évaluation du rendement, Conseil de la santé du N.-B.

Table ronde

Comment l’équité est-elle liée à la santé des enfants au niveau social, économique et environnemental?
Quelles actions peuvent être prises?


Modérateur: Bernard Richard

Contributeurs à la table ronde:

·         Jennifer Carhart, Directrice, Princess Elizabeth School
·         Randy Hatfield, Directeur général, Human Development Council
·         Rob Moir, Professeur d’économie et président du département des sciences sociales, Sciences, UNBSJ
·         Silvia Borsic, Directrice générale, Centre de ressources familiales de Saint-Jean

Joignez-vous à nous comme nous tentons d’envisager un avenir différent pour la santé des enfants au Nouveau-Brunswick. Nous allons rêver et nous allons ensuite se mettre à la tâche et travailler ensemble pour déterminer des actions concrètes.

Pour plus d’information et pour vous inscrire: http://www.nben.ca/index.php/fr/cycling-article-event-01-nb-children-s-environmental-health-workshop-4

Cet évènement vous est présenté par le comité organisateur:

Barb McKinnon, Association pulmonaire du N.-B.
Brigitte Lapointe, Santé Canada
Céline Surette, Université de Moncton
Karen White-Masry, Scott Giffin et Todd Arsenault, Ministère de la Santé du N.-B.
Mary Ann Coleman, Réseau environnemental du N.-B
Mary Britten-Belding, VON- Healthy Baby and Me
Mélanie LeBlanc, Ministère de l’Environnement et Gouvernements locaux du N.-B.
Sharon Murphy, PEACE-NB
MONCTON, NOUVEAU-BRUNSWICK – Mercredi 14 octobre 2015 - La Réserve de biosphère de Fundy (RBF) de l'UNESCO souligne la Semaine nationale des sciences et technologies (16-25 octobre 2015) avec une nouvelle ressource pédagogique sur les changements climatiques qui sensibilisera les jeunes aux enjeux environnementaux et développera leur esprit scientifique.

« Les élèves du Nouveau-Brunswick ont tendance à prendre connaissance d’importants évènements scientifiques ou d’activités scientifiques complexes en étudiant ce qui se passe aux États‑Unis ou dans les forêts tropicales du Brésil », dit la directrice générale de la Réserve de biosphère de Fundy, Megan de Graaf. «  La Réserve de biosphère de Fundy veut changer cela. Et il n’y a pas de sujet plus pertinent chez nous que les changements climatiques. »

Climate Change in Atlantic Canada (les changements climatiques au Canada atlantique) est un projet multimédia très impressionnant mettant en vedette des entrevues stimulantes avec des experts et citoyens locaux ayant beaucoup de connaissances sur le climat local, comme des apiculteurs, des agriculteurs, des conducteurs de chasse-neige, des pêcheurs, des jardiniers et des aînés des Premières Nations.

En 2011, grâce au financement du Fonds en fiducie pour l'environnement du Nouveau-Brunswick, le scientifique en conservation de la RBF, Ben Phillips, a commencé à interviewer des gens qui connaissaient bien le climat local. Il a aussi recensé et analysé des données sur le climat, comme les températures les plus élevées et les plus basses, les dates des tempêtes de neige ainsi que de la fonte des neiges, le nombre de jours de sècheresse, les pluies, leur durée et la hauteur des précipitations, et ce, afin d’expliquer les tendances de notre climat local.  Le projet est rapidement devenu une collaboration des plus dynamiques entre la Réserve de biosphère de Fundy et le professeur Ian Mauro (M. Mauro travaillait à l’époque pour la Chaire de recherche du Canada sur les dimensions humaines du changement environnemental, à l’Université Mount Allison et est maintenant professeur agrégé en géographie à l’Université de Winnipeg). En collaboration avec l’équipe du professeur Mauro, de courts documentaires ont été produits, ayant pour but de sensibiliser les gens aux réalités auxquelles font face les communautés côtières, soit des régions qui sont les premières à vivre les dangers des changements climatiques, et comment ces communautés s’adaptent pour faire face aux changements climatiques.

La Réserve de biosphère de Fundy a ensuite développé des plans de leçons pour accompagner chaque vidéo de la série, afin que ces dernières puissent être visionnées et utilisées en salle de classe dans les écoles secondaires.

Mme de Graaf explique : «  Nous avons travaillé avec des spécialistes en pédagogie pour déterminer où nos documentaires pourraient mieux faire partie des programmes scolaires au Nouveau-Brunswick et quel serait le moyen le plus efficace d’adapter ces ressources. Nous avons ainsi pu créer d’excellents plans de leçons - à la fois simples et efficaces - que les enseignants peuvent utiliser sans leur exiger trop de préparation. Nous sommes maintenant prêts à faire connaître ces ressources dans le plus d'écoles possible au Nouveau-Brunswick - ainsi que dans l'ensemble des provinces atlantiques. »

Les enseignants peuvent consulter gratuitement les ressources Climate Change in Atlantic Canada en visitant le www.climatechangeatlantic.com. Notez bien qu’elles ne sont disponibles qu’en anglais. Les ressources sont publiées sous le menu « Education » (mot de passe: climateeducation). Les écoles peuvent également communiquer avec la directrice générale de la RBF, Megan de Graaf, en envoyant un courriel à info@fundy-biosphere.ca et réserver une présentation et session de formation gratuite pour leurs enseignants afin de leur montrer comment utiliser les ressources en salles de classe. De plus amples renseignements sur le projet sont également affichés sur le site Web de la Réserve de biosphère de Fundy au fundy-biosphere.ca/fr/projets/sensibilisation.html.
Les élèves du Nouveau-Brunswick ont tendance à prendre connaissance d’importants évènements scientifiques ou d’activités scientifiques complexes en étudiant ce qui se passe aux États‑Unis ou dans les forêts tropicales du Brésil. La Réserve de biosphère de Fundy veut changer cela.

Nous sommes donc fiers de présenter Climate Change in Atlantic Canada.



At the height of the harvest season and just in time for Thanksgiving, the Conservation Council of New Brunswick is releasing its new, free BuyLocalNB™ smartphone app!

Our user-friendly app helps you find delicious and wholesome locally-grown meats and alternatives, fruits, vegetables, grain products and more — all grown or produced right here in New Brunswick! 

Looking to prepare a local-infused Thanksgiving feast with all the fixings this year? Use the BuyLocalNB™ to source your ingredients within minutes.

But it’s not just for local food! Looking for furniture with that authentic, hand-carved feel? Or are you on the look-out for a thoughtful gift idea, like the perfect hand-made artisanal craft? Maybe you want environmentally-friendly cleaning supplies or soaps? The BuyLocalNB™ directory has it all, and our new smartphone app puts everything right at your fingertips.

We also want to help you experience the local food economy through our smartphone app. Use the ‘Visit a Farm’ feature to find a local producer near you — maybe a sugar shack, apple orchard or dairy farm — and arrange a first-hand look at what they do to provide our families with fresh, wholesome, local products. You’ll also find the dozens of farmers markets and local markets adding life and vibrancy to our communities.

buylocal_ccnbbanner
The BuyLocalNB™ initiative launched at the Conservation Council in 2009. In 2011, we developed an online local food directory that became and instant favourite of local foodies, with chefs and retailers using our directory to source their products and ingredients.

We revamped our online food directory last fall, adding a user-friendly searchable database of local growers, producers and retailers.

Today, the online directory and complementary smarthphone app feature more than 280 local farmers, craftspeople and businesses, with more becoming listed each day!

The BuyLocalNB™ app is currently available as an Android download. It will be available in iOS soon. (Are you an iOS user who is anxious to try out our new app? Check out the directory at buylocalnb.ca for a preview of what the app can do!)

 Download App

Why should you shop local with our new BuyLocalNB™ app?  Easy! Supporting local food: 

  •   Supports the provincial economy and the family farm;
  •   Keeps N.B. money in N.B. communities by circulating our food dollars locally;
  •   Protects the environment by decreasing greenhouse gas emissions from transportation;
  •   Strengthens our communities by letting New Brunswickers get to know their local farmers and learn about where their food comes from; and
  •   Proactively increases our public health by providing better access to healthy nutritious food
Get the new BuyLocalNB™ smarthphone app to download local food to your table today!
Connaissez vous les Lieux fantastiques de la Réserve de biosphère de Fundy de l’UNESCO?  




La Réserve de biosphère de Fundy (RBF) de l'UNESCO a publié les résultats tant attendus de sa recherche menée sur les espèces d’arbres résistantes aux changements climatiques dans le sud du Nouveau-Brunswick.

La RBF a récemment complété une étude quant aux espèces d'arbres indigènes qui ont les meilleures chances de proliférer avec l’évolution du climat prévue au cours des 100 prochaines années, ainsi que celles qui devraient pouvoir s’adapter tant bien que mal et celles dont les nombres vont probablement diminuer. Les espèces d’arbres du nord comme les épinettes, les sapins, les peupliers et les bouleaux feront face à plus d'insectes, de maladies, de conditions météorologiques extrêmes ainsi qu’à de la concurrence avec d’autres espèces, ce qui pourrait contribuer à une croissance plus lente et à un plus haut taux de mortalité.  Par contraste, les arbres du sud comme les érables, les chênes, les pins, les hêtres, les pruches et les cerisiers auront une saison de croissance plus longue et devraient donc connaître une croissance plus rapide.

La RBF a produit un dépliant qui identifie les huit espèces « gagnantes » qui seront les mieux adaptées et donc les plus résistantes aux changements climatiques. Ce dépliant décrit les arbres et leurs conditions de croissance préférées, afin que les propriétaires de lots boisés, les forestiers, les municipalités et le grand public sachent quelles espèces d’arbres ils doivent planter et où ils peuvent les planter.

Alors que le climat évoluera et que les espèces d’arbres moins résistantes aux changements climatiques commenceront à disparaître, la composition de la forêt acadienne dans le sud du Nouveau-Brunswick (ainsi que partout dans les Maritimes) changera également. Cela signifie que la forêt, telle que nous la connaissons aujourd'hui, contiendra moins d’espèces nordiques, et probablement plus d’espèces « gagnantes ». Mais la forêt aura besoin de l'aide des résidents de la région, surtout pour planter ces espèces résistantes.

En planifiant pour les changements climatiques et en plantant des espèces d'arbres qui ont une meilleure chance de prospérer, nous pouvons contribuer à assurer qu'il y aura de beaux arbres en santé dans nos quartiers et parcs ainsi que dans les forêts qui pourront être appréciés par les générations à venir. 

Plus d'informations sur ce projet, ainsi qu'un rapport de recherche détaillé et des cartes illustrant la composition actuelle et projetée de la forêt dans la Réserve de biosphère de Fundy, sont disponibles ici: http://www.fundy-biosphere.ca/fr/home/forets.html.

 

Communiqué de presse

le 10 septembre , 2015

Fredericton – Le plan d'élargissement d'un sentier pédestre qui remonte le plus haut sommet aux Maritimes et de l'ouvrir à l'usage par la motoneige au sein du seul parc sauvage désigné au Nouveau Brunswick : tout cela inquiète fortement la Société pour la nature et les parcs du Canada, section du Nouveau-Brunswick (SNAP NB) et les Ami(e)s du Parc provincial du Mont Carleton.

« Ce n'est que récemment que nous avons appris ce projet de sentier pour le Mont Carleton, qui fait partie d'un plan d'augmenter les sentiers de motoneige dans le nord du Nouveau-Brunswick. Le gouvernement semble être prêt à accepter cette proposition sans une analyse environnementale ou sans consultation publique. On verrait donc un sentier pédestre remontant le Mont Carleton et dont la largeur serait doublée à 12 pieds et dont la voûte forestière au-dessus serait coupée à une hauteur de 12 pieds, » déclare Roberta Clowater, Directrice générale de la SNAP NB.

« Ce type de développement va fragmenter l'habitat de la faune sauvage, y compris celui de l'orignal, du polatouche (écureuil volant) et de la martre d'Amérique. Un accès continu aux motorisés sur ce sentier va probablement compacter le sol, causant un ruisellement pluvial accéléré et de l'érosion. Le surfaçage des sentiers va encourager un accès accru par les véhicules motorisés qui pourraient les mener à continuer à monter jusqu'au sommet fragile de cette montagne. Cela est complètement inapproprié dans un parc désigné à l'état naturel, » ajoute Clowater.

« Depuis plus de huit ans, les Ami(e)s du Parc provincial du Mont Carleton Inc. ont travaillé avec diligence afin de promouvoir, préserver et protéger le milieu sauvage naturel et les écosystèmes du Parc. Nous avons travaillé pour développer ce que nous pensions être une bonne relation de travail avec le Ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture. L'annonce de l'infrastructure d'un carrefour pour la motoneige est arrivée sans avertissement, ni consultation avec notre groupe, » déclare Susan Mulherin, Présidente des Ami(e)s du Parc provincial du Mont Carleton Inc.

« Les Amis se sont engagés à travailler en collaboration avec le Ministère, tout en s'assurant que l'on maintienne l'intendance du parc, et que la protection de l'environnement, de l'habitat des animaux et le patrimoine soit reflétée dans toutes les politiques et programmes. Nous sommes préoccupés que dans ce cas-ci, cela ne se produit pas. Assurément, un compromis peut être réalisé qui respecte nos aires protégées et qui répond aux intérêts des motoneigistes, » ajoute Mulherin.

Aucune discussion publique à savoir si un sentier de motoneige est compatible avec les sections les plus sauvages d'un parc à l'état naturel

Le Parc du Mont Carleton est le seul « Parc provincial à l'état sauvage » qui a été classifié ainsi dans les révisions à la Loi sur les parcs en 2014. Ces mêmes révisions mandataient le Ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture à mettre au point des Plans de gestion des ressources pour les parcs provinciaux, faisant état des utilisations récréatives qui seraient compatibles avec la conservation des aires naturelles de ce parc.

« Nous sommes très préoccupés que le Ministère pourrait considérer de prendre une décision irréversible, telle que celle-ci, avant que le Plan de gestion des ressources et le zonage connexe soient discutés publiquement et approuvés. Le Ministère est donc prêt, par le fait même, à décider que les véhicules motorisés sont permis dans les aires de conservation dans un parc à l'état naturel, ce qui va créer un précédent duquel il sera difficile d'en revenir.

« Permettre des loisirs motorisés dans l'une des parties les plus sauvages d'un parc à l'état naturel n'est pas cohérent avec la gestion normale des zones sauvages dans ce type de parc à travers le Canada et les États-Unis. Si le sentier qui monte le Mont Carleton est surfacé pour utilisation par les motoneiges, cela va empêcher son utilisation par les gens qui veulent vivre une expérience de qualité en milieu sauvage en faisant de la raquette ou du ski de fond dans cette partie du parc, » affirme Clowater.

« Il est important pour les touristes, qui sont attirés par les zones sauvages, que le marketing du Parc provincial du Mont Carleton en tant que destination de nature sauvage soit appuyé par une gestion qui soit cohérente avec l'expérience de qualité en milieu sauvage, » ajoute Clowater.

« Il s'agit d'un des premiers tests de la Loi sur les parcs révisée, que notre organisation avait applaudit comme étant un pas dans la bonne direction pour la modernisation de l'approche du Nouveau-Brunswick envers la gestion des parcs. Si le sentier est approuvé sans processus d'engagement du public ou d'analyse environnementale, selon nous le gouvernement aura échoué ce premier test de notre nouvelle législation, » explique Clowater.


La SNAP recommande que le gouvernement provincial prenne le temps d'évaluer les impacts potentiels de ce projet, d'entamer des consultations avec le public et les parties prenantes, et ensuite déterminer si le Mont Carleton est un endroit approprié pour un tel développement.

-30-

Pour plus d’information:

Roberta Clowater, rclowater@cpaws.org; 506-452-9902



SNAP est la voix pour la vie sauvage et les parcs pour Nouveau-Brunswick. Pour plus d'information sur SNAP NB et notre travail de conservation, s'il vous plaît visitez : www.cpawsnb.org
Wolastoq Grand Council is hosting a Peace and Friendship Alliance Gathering on September 25, 26 & 27 at THE NICTAU LAKE CABINS, Mount Carleton Provincial Park.  
This historical place is where the Wolastoq and Mi’kmaq Traditional Chiefs once met to unify the nations and discuss important issues in a true democratic manner.

This will be an historical event where the two nations and their allies will reaffirm the Peace and Friendship treaties that our Ancestors signed during the 1800 century.

All members of the Wolastoq - Mi’kmaq Nations and ally groups are welcomed to attend this historical gathering.

There will be 6 cabins that will house approximately 35 Elderly people.

CAMPSITES ARE available for the younger attendees.



Items to bring

• air mattress

• bedding – sleeping bag, pillow

• toiletries

• Flashlight/HEADLIGHT

• Warm clothing/rain gear (check the weather for the area before you come)

• Plate, bowl, cup, glass, cutlery

• Towel, soap, shampoo, etc…
Meals will be provided

* RSVP by Sunday, Sept. 20th so we'll know how much food to purchase as this is a catered event.

You may do so on the Facebook page (Peace and Friendship Alliance Gathering) or through the old –fashioned way, that is, by sending an email to jlpdev@nbnet.nb.ca. Please use the following subject heading in your email: Peace and Friendship Alliance. Indicate when you'll be arriving and the number of people in your party. For additional information, please phone 506-238-5277. 


Proposed agenda
FRIDAY, SEPT 25th EVENING

- Meet-and-Greet

SATURDAY, SEPT 26th

- Sunrise (~6:30am) - Sunrise Ceremony
- Breakfast served at 8:00am

SAT. MORNING MEETING (9:00am-12:30pm)
- Opening Prayer
- Report on Confederacy Meeting held last month in Vermont
- Peace and Friendship Treaties
- Water Declaration 
- Interview Matrix (everyone writes down answers to 4 Key Questions)
- Group photograph taken in support of the Unist’ot’en blockade in BC

Lunch served at 12:30pm

SAT. AFTERNOON MEETING (1:30pm-5:00pm)
- Paris Climate Change meeting in December
- Structure & Decision-Making Process of the Peace and Friendship Alliance
- Small Hydro Projects discussion with Melvin Nash
- Discussion of potential projects to be promoted by Alliance (e.g. community energy, food self-sustainability, getting back control of our forests)
- Decide on agenda for Sunday's meeting

Supper served at 6:00pm

SAT. EVENING STORYTELLING & BRAINSTORMING

Sunset (~8:15pm) - Sunset Ceremony

SUNDAY, SEPT 27th

Breakfast served at 8:00am

9:00am - 12:30pm - SUN. MORNING MEETING
- 4 Key Questions (review flipcharts which have answers compiled from Saturday)

Lunch served at 12:30pm

1:30pm - 3:00pm - SUN. AFTERNOON MEETING








15 septembre 2015
Pour diffusion immédiate


Lancement d’un programme novateur en éducation en plein air

Moncton –L’Alliance pour l’éducation à la viabilité du Nouveau-Brunswick (AÉV) lance « Les grands penseurs se rencontrent dehors » un programme pratique de développement professionnel en plein air relié au curriculum pour les enseignants et les éducateurs.

Ce programme est le premier de son genre au Nouveau-Brunswick.  Il offre aux enseignants et aux éducateurs les compétences, les outils et les ressources nécessaires pour enseigner aux élèves en plein air affirme Raissa Marks, directrice générale du Réseau environnemental du Nouveau-Brunswick.  « Ce programme va permettre aux jeunes de devenir des leadeurs dans la construction de collectivités viables grâce à leur formation et à leur sensibilisation à l’environnement. »

Les séances de l’atelier seront présentées par une équipe de professionnels de toutes les régions de la province hautement qualifiée et expérimentée qui s’est spécialisée dans l’éducation en plein air, en éducation relative à la nature et en éducation relative à l’environnement.  « Il existe plusieurs avantages à l’éducation en plein air à la fois pour les élèves et les éducateurs.  Leur santé mentale et physique et leur bienêtre s’améliorent et l’on a démontré que les comportements perturbateurs diminuaient sensiblement.  Passer plus de temps en plein air développe une relation plus forte avec la nature et favorise un mode de vie plus actif, » fait remarquer Roland Chiasson, un des formateurs de Les grands penseurs se rencontrent dehors.  « Tous les résultat d’apprentissage peuvent être réalisés en plein air avec un esprit de créativité.  Notre rôle comme formateur est de nous assurer que des méthodes d’enseignement appropriées sont utilisées pour s’occuper des obstacles appréhendés envers l’éducation en plein air et de permettre à les franchir. »

Selon Marcy Malloy, coordonnatrice de l’école communautaire de Cambridge Narrows, « Ce programme est une excellente occasion de maintenir une passerelle entre l’école et la communauté.  Les compétences acquises lors des enseignements et des apprentissages en plein air se retrouvent dans les comportements et les actions à l’extérieur de la classe.  Ce programme contribue au développement de collectivités mieux sensibilisées à l’environnement. »

Des séances de développement professionnel d’une demi-journée et d’une journée complète sont disponibles.  Les sujets abordés inclus des approches « comment » enseigner en plein air, ainsi que « quoi » enseigner en plein air.  Des subventions limitées sont disponibles.  Pour plus de renseignements sur Les grands penseurs se rencontrent dehors et pour réserver une séance veuillez visiter www.renb.ca/grandspenseurs  ou appeler 506-855-4144.

Commencez la nouvelle année scolaire du bon pied!

Personnes-ressources :

Roland Chiasson, Groupe Aster Coopérative de services environnementaux, 506-536-1260

Serge LaRochelle, Groupe de développement durable du pays de Cocagne, 506- 576-8247

Raissa Marks, Réseau environnemental du Nouveau-Brunswick, Bureau 506-855-4144, portable 506-588-2980.
The Fossils at Joggins

Workshop with Dr. Melissa Grey

Sunday September 27, 2015







The Joggins Fossil Institute is a not-for-profit charitable organization that manages the Joggins Fossil Cliffs UNESCO World Heritage Site. The Cliffs represent a time over 300 million years ago wherein club mosses could grow over 30m tall, dragonflies had a meter wing span, and millipedes were the size of humans! In this presentation, participants will learn about why the Joggins beach is such a special place and what the Institute does to foster earth history education and conservation.




Dr. Melissa Grey is a palaeontologist with a background in Biology and Zoology. She obtained her doctorate in Geological Sciences at the University of British Columbia, her Masters in Zoology from the University of Guelph and her Bachelors in Biology from Acadia University. She has lived and worked across Canada, but is happy to be back in her home province studying fossils.




Sunday September 27, 1:00 to 3:00 pm

Tankville School, 1665 Elmwood Dr., Moncton

Registration with Judi Berry-Steeves at jbsteeve@nbnet.nb.ca or phone Judi at 387-4778.

$8 payable at the door.

All are welcome, Nature Moncton member or not.




FREDERICTON — On Wednesday, Sept. 2, Donald Arseneault, Minister of Energy and Mines, released the draft regulation to allow small-scale renewable energy generation projects in New Brunswick.

The regulation is available online for 30 days of public input.

Lois Corbett, Executive Director of the Conservation Council of New Brunswick, issued the following statement:

“I’m pleased to see the Minister release this new regulation, following so closely on the heels of the Premier’s announcement of new strong targets to reduce carbon pollution from N.B. sources. Providing the means and the market for renewable energy projects here at home is a welcomed and sensible action.

I encourage the leaders in environmental and renewable industries and local champions of projects that protect their communities to take a look at this package and submit their comments.”

The regulation sets out explicit policies devoted to the task of making sure N.B. gets at least 40 per cent of its electricity from clean renewable sources.

It sets out the criteria for co-ops, First Nations, non-profit groups and local communities to put on their thinking caps about how they can lead the charge to reduce carbon pollution by installing solar, wind, and tidal technologies.

The regulation also requires NB Power to report its progress every year from now to 2020 in a transparent and public manner.

Over the past five years, solar-module costs have dropped by 73 per cent. According to the International Renewable Energy Agency, there are 2.5 million people working in solar PV jobs worldwide. In Canada, the number of people working in the renewable energy industry rose by 37 per cent between 2009 and 2013, and the sector now employs more Canadians than the oil sands in Alberta.

-30-

For more information or to arrange an interview, contact: Jon MacNeill, Communications Officer | 458-8747 | 261-1353 | jon.macneill@conservationcouncil.ca
Selon un sondage récent, la collaboration intersectorielle est de plus en plus considérée comme un moteur de progrès clé vers la viabilité, et ce, même plus que les partenariats public-privé, les forums de leadership et d’innovation et autres approches. Ici au Nouveau-Brunswick, le RENB rassemble des partenaires provenant d’un large éventail de secteurs afin d’aborder les enjeux complexes liés à la viabilité auxquels nous faisons face. Le tout vaut plus que la somme de ses parties et en travaillant ensemble, plus de choses peuvent être réalisées que si chaque organisation travaille en silo.

Une autre conclusion intéressante du sondage est que les experts croient que les compagnies multinationales seront les moteurs clés de collaborations à la grande échelle pour faire progresser la viabilité. Je me demande si ce sera le cas au Nouveau-Brunswick?

Le sondage a également comparé et opposé les corporations et les ONG et les moteurs qui propulsent chacun à s’engager dans le développement viable.

Deux groupes aux É.-U., « Sustain Ability » et « Globe Scan », ont interrogé des experts de partout dans le monde. Le rapport qui en résulte est paru en février.

(FREDERICTON) – Une coalition de 22 groupes communautaires et environnementaux a fait parvenir aujourd’hui par courrier recommandé une lettre rédigée conjointement à TransCanada, à l’Office national de l’énergie et aux responsables gouvernementaux appropriés au niveau fédéral, provincial et municipal.

La coalition a pris connaissance d’un plan de travail de six pages montrant que TransCanada est à quelques jours de commencer à creuser des puits d’exploration au large de Red Head, au Nouveau-Brunswick, dans la baie de Fundy. Une des grandes barges exigées pour le travail est déjà en train d’être positionnée. 

« TransCanada n’a pas informé les résidents du quartier Red Head à Saint John, situé au bout de la ligne, a déclaré Lynaya Astephen, porte-parole de la Red Head-Anthony’s Cove Preservation Association. Aucune analyse de puits ou de fondations n’a eu lieu. C’est aussi une période intense pour les oiseaux migratoires et la baleine noire, une espèce menacée. L’entreprise manque beaucoup de transparence ».

« Aucun avis de ces travaux imminents n’a été donné à notre peuple, a confirmé Ron Tremblay, porte-parole du Grand Conseil de Wolastoq. En tant que membre du Grand Conseil de Wolastoq et de la nation Wolastoq, je tiens fermement à protéger nos terres, notre eau et notre air. La zone où est prévu le forage d’exploration se trouve sur notre terre et notre rivage traditionnels, là où notre peuple a pêché, a cueilli et s’est épanoui grâce à l’abondance de nourriture et de plantes médicinales. Si d’autres dommages sont causés, cela ne fera qu’aggraver la destruction du territoire traditionnel de la nation Wolastoq. Je m’oppose fortement à toute exploration et à toute catastrophe industrielle sur nos terres ancestrales ».  

« Le processus réglementaire et de consultation semble absent, a déclaré Caroline Lubbe-D’Arcy, coprésidente sortante et membre du Conseil des Canadiens, section de Fredericton. Si TransCanada n’a pas suivi la diligence voulue auprès de tous les organismes gouvernements pertinents, voilà qui est un sérieux avertissement sur la façon dont le projet Énergie Est pourrait être mené ».

Dans leur déclaration commune, les 22 groupes exhortent TransCanada et les organismes publics appropriés à agir immédiatement. « Étant donné le manque de consultation et la longue liste des préoccupations soulevées, nous demandons que tous les travaux reliés au forage d’exploration cessent jusqu’à ce qu’il soit donné suite à ces préoccupations. Pourquoi TransCanada procéderait-elle à de tels travaux alors que les oiseaux migratoires et les baleines fréquentent la baie de Fundy en plus grand nombre en août et en septembre? »

Lien vers lettre conjointe
Le mois dernier, le Groupe de travail sur la Stratégie canadienne de l’énergie, duquel Premier ministre du N-B Brian Gallant est un des coprésidents, a lancé la Stratégie canadienne de l’énergie. L’intention de la stratégie est de fournir un cadre de référence pour que les provinces et territoires puissent travailler ensemble sur les questions liées à l’énergie.

La stratégie parle des changements climatiques, mais d’une manière non-engagée. Par exemple, l’efficacité énergétique et la conservation de l’énergie est un des axes de travail, mais un autre est de « Créer et améliorer un ensemble de réseaux modernes, fiables et sans danger pour l’environnement pour la transmission et le transport de l’énergie à l’échelle canadienne ou pour l’importation et l’exportation. » Selon moi, ça sonne comme des oléo-ducs.  La stratégie discute aussi d’une transition vers une économie plus faible en carbone (pas une économie faible en carbone).

Alors, ça veut dire quoi tout ça? Selon moi, la stratégie est tellement large que ça pourrait vouloir dire n’importe quoi à n’importe qui. Mais, ne citez pas mes propos. Lisez-la vous-même ici.

(Fredericton, NB) The Nature Trust of New Brunswick, in partnership with the Office of the Lieutenant-Governor of New Brunswick, is seeking nominations for the 2015 Lieutenant-Governor’s Award for Excellence in Land Conservation. This award is presented annually to an individual or an organization who has made a difference in the field of conservation in the province of New Brunswick through volunteerism, donation of land, stewardship, or other means. Nomination forms can be accessed here, and can be submitted now until Monday, Aug. 31. The Honourable Jocelyne Roy Vienneau, Lieutenant-Governor of New Brunswick, will present the award at a ceremony taking place at Government House on Thursday, Nov. 25. Nominations are to be submitted to Communications Coordinator Jessica Bradford at communications@ntnb.org.

The award was created to celebrate the 25th anniversary of the Nature Trust of New Brunswick and its ongoing efforts to preserve ecologically significant areas within the province. Nominees must fulfill at least one of several requirements for evaluation for the award, including contribution to conservation efforts over time, involvement as a past or present volunteer, steward and/or member of the Nature Trust or other conservation organization, or involvement as a corporate or community partner of the Nature Trust or other conservation organization. The nominations may also be made as a posthumous recognition of an individual’s significant contributions to conservation over time. 

Dr. Don Floyd represents the Atlantic Regional Board of the Nature Conservancy of Canada (NCC) as one of the members of the award’s selection committee. Floyd notes the importance of acknowledging the commendable work of conservationists in the province:

“The Lieutenant-Governor’s Award for Excellence in Land Conservation is an important way to recognize and give thanks to conservationists in New Brunswick,” says Floyd. “In addition to organizations like NCC and the Nature Trust of New Brunswick, there are many other conservation-minded groups and individuals who are making a difference in their communities to preserve natural landscapes for the future,” says Floyd. “This award is a way to recognize and give thanks to those who are leaving legacies to be enjoyed for generations to come.”

The Meduxnekeag River Association was the recipient of the award in 2013, recognizing the difference the organization has made in the Meduxnekeag river valley since 1995 and for the ongoing commitment to acquiring and protecting land in the area for present and future generations. 

 “The Nature Trust of New Brunswick's recognition of conservation in New Brunswick via the Lieutenant-Governor’s Award was gratefully received by the Meduxnekeag River Association Inc. in 2013,” says Stephen Wilson, President of the Meduxnekeag River Association. “Our continued engagement with the Nature Trust of New Brunswick and the many others that make our conservation efforts possible is much appreciated, and continues to raise the profile of the unique habitats of the Meduxnekeag region.” 

The Lieutenant-Governor’s Award for Excellence in Land Conservation provides an opportunity to recognize the dedication and long-term contributions of environmental conservationists in the province. The Nature Trust of New Brunswick thanks its partners in the award selection committee, including the Honourable Jocelyne Roy Vienneau, the Atlantic Regional Board of the Nature Conservancy of Canada, the New Brunswick Minister of Natural Resources, the Canadian Wildlife Service, and Angee Acquin, First Nations representative. 

About the Nature Trust of New Brunswick

Established in 1987, the Nature Trust of New Brunswick is a non-profit conservation organization dedicated to preserving the province’s ecologically significant landscapes. To date, the Nature Trust has conserved over 6,000 acres (2,400 hectares) in more than 40 beautiful and diverse nature preserves in New Brunswick. For more information, visit www.naturetrust.nb.ca.
Le Conseil canadien des ministres de l'environnement (CCME) a récemment publié un cadre de mise en oeuvre pour la planification de l'adaptation aux changements climatiques à l'échelle du bassin versant. Le cadre présente un processus en sept étapes clés par lesquelles un groupe de personnes peuvent unir leurs efforts pour évaluer et gérer les vulnérabilités et les risques qui émanent des changements climatiques à l'échelle du bassin versant.

Il est attendu que les impacts des changements climatiques sur les bassins versants soient significatifs. Que vous soyez impliqués de près ou de loin avec l'adaptation aux changements climatiques et/ou les bassins versants ou seulement préoccupés par le bien-être de nos ressources d'eau, il vaut la peine de jeter un coup d'oeil à ce document!

Cliquez ici afin de consulter le cadre stratégique. Il est également disponible dans la section sur l'adaptation aux changements climatiques de notre Bibliothèque de références (sous l'onglet "Ressources").

TELEGRAPH-JOURNAL July 22/2015



Premiers’ energy strategy lacking  

The recent premiers’ conference in Newfoundland illustrates how firmly the oil and gas industry has our politicians in its pocket.   Saskatchewan Premier Brad Wall, who hopes to turn Saskatchewan into another tarsands province, was the most obvious. The irony is that he is presiding over a province consumed by wildfires which are a direct result of climate change which is a direct result of our use of fossil fuels. And he wants to produce more?   Climate change was given lip service, but there were no definite commitments.   This is insanity. If our premiers had our welfare at heart, they would be doing all in their power to support, encourage and subsidize renewable energy, instead of giving enormous taxpayer subsidies to the oil and gas industry. Many studies also prove that renewable energy -- solar, wind, water – would create many more jobs than the highly subsidized oil and gas industry.   A fossil fuel future guarantees chaotic weather patterns leading to crop losses, farmer bankruptcies, homeowner disasters, food scarcities, water shortages and health catastrophes. The pollution of rivers and waterways -- such as the July 17 spill of five million litres of tarsands bitumen at Fort MacMurray and exploding tarsands oil trains, such as in Lac Megantic, contribute to a general breakdown of all ecosystem services that make life on Earth possible.   I don’t want to believe these premiers are stupid -- but there’s only one alternative -- -that they have sold out.   Mary de La Valette   Porter Cove


Est-ce que vous aimeriez en savoir davantage sur les divers projets liées à l'adaptation aux changements climatiques qui sont mis en oeuvre dans la province cette année? Vous êtes au bon endroit!

Le 24 juin, le RENB a organisé un atelier pour les ONGE sur l'adaptation aux changements climatiques. Un total de 12 ONGE ainsi que quelques autres organisations étaient représentées. Au courant de la journée, les participants ont pu cartograohier les projets d'adaptation dans la province et réseauter avec d'autres passionés d'adaptatation aux changements climatiques afin d'échanger des outils et des ressources et de faire les liens entre les différents projets d'adaptation qui seront mis en oeuvre au cours de la prochaine année. 

Suite à l'atelier, les données ont été compilées et transformées en cartes interactives. Elles sont maintenant disponible sur notre site web! Cliquez ici afin de les consulter. 

Le rapport de l'atelier est également disponible ici. 
 © 2018 NBEN / RENB