• POUR PUBLICATION IMMÉDIATE

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    5 décembre, 2016

    Stop Spraying NB  a recueilli le plus grand nombre de signatures de pétition jamais ramassé au Nouveau-Brunswick :  13,439 autres signatures à ajouter pour un grand  total de 27,225 afin d’arrêter l’arrosage d’herbicides sur les forêts  publiques ainsi que sous les lignes d’Energie NB

    FRÉDÉRICTON – Ce  mardi 6 décembre, 2016,  13,404 signatures ORIGINALES seront déposées à l’Assemblée législative provinciale demandant à ce que la province du Nouveau-Brunswick cesse l’arrosage de pesticides sur les forêts publiques et sous les lignes d’Energie NB. Cette troisième présentation de pétitions représente encore une fois des communautés tout autour de la province incluant des communautés francophones, anglophones et  autochtones.  La pétition continue de prendre son élan et SSNB va continuer  de soumettre d’autres signatures dans le futur.  Une délégation d’organisateurs de différentes communautés  à travers la province représentant "Stop Spraying NB-Arrêtons l’arrosage NB " feront le voyage vers Fredericton  pour une photo devant la législature mardi midi le 6 décembre,  2016.  Certains députés qui supportent la cause ont été invités à se joindre à nous pour cette photo. SSNB a reçu l’information qu’en plus du député de Frédéricton, David Coon, le député  Jake Stewart (sud-ouest Miramichi) va signer la pétition et va également se joindre à nous pour la photo. Le député Jake Stewart s’est  prononcé contre l’arrosage de la forêt durant la  dernière année, et nous sommes heureux qu’il se joigne à nous.

    Programme pour la présentation de la pétition:

    Mardi 6 décembre, 2016
    12:00 (midi) -photo avec les députés supportant la cause
    1:00 pm: entrée de façon pacifique dans l’édifice de l’Assemblée législative afin d’être témoin  de la remise de la pétition par le député de Frédéricton, David Coon,  et d’entendre les mots de support des députés qui supportent notre cause.
    Endroit: Edifice de l’Assemblée législative provinciale
                   706 rue Queen
                   Fredericton, NB

    Comme vous le savez, le mouvement pour l’arrêt de l’arrosage au Nouveau-Brunswick a subi une croissance rapide depuis la saison de chasse 2015 lorsque les chasseurs ont  observé qu’il n’y avait presque plus de chevreuils dans nos forêts publiques. L’effondrement catastrophique  du cheptel de chevreuil se poursuit, avec la population maintenant rendue au quart de ce qu’elle était 30 ans passés. Une campagne pour ramasser des signatures de pétition qui a  commencé le 16 décembre 2015 avec une soumission initiale de presque 1200 signatures de Kedgwick, a été suivie par la remise de 12,686 signatures le 18 mai, 2016. Cette pétition pour l’arrêt de l’arrosage d’ herbicides sur les forêts publiques et sous les lignes d’Energie NB  est maintenant la  plus GRANDE pétition enregistrée dans l’histoire du Nouveau-Brunswick. Notre  gouvernement a un devoir d’ écouter ces 27,225 électeurs. Ce nombre va continuer de croître, alors que  plusieurs membres de nos communautés deviennent actifs dans ce mouvement. Chaque semaine,  nous avons de nouvelles personnes prêtes à recueillir des signatures dans leur communauté.  En septembre 2016, un Néo-Brunswickois retraité, Amédée Boucher, s’est impliqué  activement pour la cause et a recueilli  7,000 signatures dans la Péninsule acadienne dans une courte période de 2 mois avec quelques autres résidents.  Donc, un événement fut planifié par des organisateurs de Tracadie, supporté par SSNB, afin de discuter de l’arrosage et a connu une bonne participation.  Ce soir-là, le député de Fredericton, David Coon, a pris le temps, malgré son horaire fort occupé, de voyager jusqu'à Tracadie en un vendredi soir, et a reçu un total de 12,877 signatures incluant les signatures recueillies par Amédée Boucher et un autre lot reçu par SSNB  de partout dans la province. Le 2 décembre, 2016 un autre lot de 566 signatures est arrivé dans le courrier de SSNB. Les députés libéraux locaux ont refusé d’assister à cette rencontre.

     "Les gens de la Péninsule acadienne refusent d’être empoisonnés," dit Amédée Boucher, responsable d’avoir recueilli un volume de signatures dans cette zone, "mais la signature de la pétition est seulement le premier pas. Ca va prendre votre présence le 6 décembre afin de laisser un message clair  à nos politiciens: assez, c’est assez." Les  données récentes du Maine Fish and Wildlife, Québec Chasse et Pêche, Ministère des  Ressources naturelles de la Nouvelle-Ecosse et du Nouveau-Brunswick démontre que le nombre de captures  dans le NB sont maintenant à 15% de ce qu’elles étaient  en 1985, alors qu’au Québec, le nombre de capture a triplé et dans le Maine, il est resté relativement stable pour cette même période. La combinaison de l’augmentation des  coupes  à blanc et de l'arrosage de glyphosates  sur les plantations en monoculture de bois mou ont éliminé une très grand quantité de nourriture des chevreuils, supprimant  l’approvisionnement en nourriture à  32,000 de ces bêtes chaque année. Les gens qui vivent près de la forêt ont eux-mêmes remarqué les effets sur la population de chevreuils au NB.

    Un guide de la faune et  propriétaire de lots boisés privés, Léo Goguen de Rogersville, est en forêt constamment et a déjà déclaré , "Notre moyen de subsistence dépend de la chasse du gros et petit gibier. Irving non seulement empoisonne la viande qui nous permet de manger mais détruit de nombreux habitats qui permettent à la faune de survivre et de se reproduire.  Nous perdons le revenu des activités de loisirs et nos familles sont dépossédées de nourriture saine provenant de nos forêts.  Léo a aussi été victime de préjudice sur les  effets sur son moyen de subsistance comme propriétaire de lots boisés privés.

    Le nord du Nouveau-Brunswick  est grandement troublé par ce qui se passe: "Nous,  à EcoVie, sommes très préoccupés  par ce qui arrive dans nos forêts", dit Clément Arpin, propriétaire à la retraite d’une ancienne usine à valeurs ajoutées, de Kedgwick. "28% de toutes les forêts arrosées au Canada sont au NB et le NB représente 0.7% de la superficie de notre pays. C’est beaucoup d’arrosage de pesticides tout autour nous! Nos belles forêts  mixtes sont transformées en plantations.... une monoculture n’est pas une forêt.  Nous devons réaliser qu’une forêt diversifiée nous apporte de la diversité dans les emplois et une stabilité dans notre économie. On ne peut pas faire du sirop d’ érable  avec des épinettes. Alors pourquoi tuer nos feuillus alors que nos érablières  ont  augmenter leurs revenus  de 1000% dans la dernière  décennie comme l’a déclaré notre Premier Ministre, Brian Gallant, lors d’une de ses visites à Kedgwick?  On doit travailler avec le forêt, mettre nos gens au travail au lieu d’utiliser des pesticides qui détruisent notre belle diversité."

    Le député David Coon est depuis longtemps défenseur de la cause pour l’arrêt de l’arrosage d’ herbicides sur les forêts et sous les lignes d’Energie N.B. Le 2 décembre, 2016, David Coon a fait cette puissante déclaration: "Arrêtons la coupe à blanc intensive et disons au revoir à l’arrosage d’herbicides » :
    http://greenpartynb.ca/en/8-news/1007-stop-the-runaway-clearcutting-and-say-goodbye-to-herbicide-spraying. Cette citation dans sa déclaration en dit long: "Notre province  est une de trois dernières provinces canadiennes s'accrochant à cette pratique, malgré de nombreuses pétitions semblables à celle-ci , et des voix s’objectant depuis longtemps provenant de nos milieux ruraux . Ils ont droit à un environnement sûr, à vivre sans peur pour leur bien-être et celui de la faune qui habite nos forêts." "Le fait que ce sont les contribuables qui paient pour l’arrosage de nos forêts à un coût de $ 2.4m/année est juste ridicule", dit le Dr. Caroline Lubbe-D’Arcy, organisatrice du groupe SSNB. "De plus,  notre gestion forestière crée moins emplois que jamais auparavant, ce qui ne fait aucun sens. Nous avons besoin de remettre au travail nos équipes d’éclaircisseurs.  Nous laissons des travailleurs formés assis chez eux pour soutenir une pratique de gestion forestière qui est non durable.   Ces gens pourraient être au travail et contribuer à notre économie au lieu d’être en manque d’emploi."

    SVP venez rencontrer des membres pour l’arrêt de l’arrosage  et autres Néo-Brunswickois qui sont grandement préoccupés par la poursuite de cette pratique en dehors l’édifice de l’Assemblée législative ce mardi 6 décembre, 2016 à midi. Tous les dirigeants politiques  et députés sont invités à assister et démontrer leur soutien.

    Contacts pour les médias: (seront présents à l’événement à Frédéricton)
    Dr. Caroline Lubbe-D’Arcy, SSNB,Fredericton, cellulaire 506-292-7503 (contact médias anglais)
    André Arpin, ECOVIE , Kedgwick, cellulaire: 506-284-0593 (contact médias français)
    Amédée Boucher, Péninsule acadienne, cellulaire: 709-792-4033
  • FOR IMMEDIATE RELEASE
     
    MEDIA RELEASE

    December 5, 2016

    SSNB has the largest petition that has EVER happened in New Brunswick: Another 13,439 signatures to make a grand total of 27,225 to Stop Herbicide Spraying in New Brunswick Public Forests and NB Power right-of-ways.

    FREDERICTON - On Tuesday December 6, 2016 13,404 WRITTEN signatures will be tabled at the Provincial Legislature which demands that New Brunswick stops spraying of public forests and NB Power right of ways. This third petition presentations represents again communities from every part of the province including francophone, anglophone and Indigenous communities. The petition drive is continuing to gain momentum and SSNB will continue with future petition signature submissions. 

    A delegation of community organizers representing “Stop Spraying in New Brunswick” (SSNB) will be travelling to Fredericton from communities across New Brunswick to gather for a photo in front of the Legislature at noon on Tuesday, December 6 2016. During this time supportive MLAs have been invited to join us in this photo.

    SSNB has received word, that in addition to Fredericton MLA David Coon,  MLA Jake Stewart (South-West Miramichi) will sign the petition and stand with us in the photo. MLA Jake Stewart has spoken out against forest spraying in the past year, and we are pleased that he is joining us.

    Petition Presentation schedule:

    Tuesday December 6, 2016
    12:00 noon photo with supporting MLAs
    1:00 pm: peaceful entry into the Legislature building to witness Fredericton MLA David Coon as he tables the signatures, and to hear supportive words from MLAs who are supportive of our demands.
    LOCATION:
    Provincial Legislature Buildings
    706 Queen Street
    Fredericton, New Brunswick

    As you know, the Stop Spraying in New Brunswick movement has been growing rapidly since the 2015 hunting season when hunters found that there were almost no deer in our public forests. A catastrophic deer collapse continues, with the deer population now one-quarter of what it was 30 years ago.  A petition campaign which was started on December 16 2015, with an initial submission of almost 1200 signatures from Kedgwick, was followed by the submission of 12,686 signatures on May 18, 2016. This petition to Stop Herbicide Spraying in New Brunswick Public Forests and NB Power right-of-ways is now the LARGEST petition collection on record in New Brunswick history. Our government has a duty to listen to the 27,225 voters. This number will continue to grow, as more community members are becoming active in this movement. Every week we have new people coming forward to collect signatures in their communities.
     
    In September 2016, a retired New Brunswicker, Amédée Boucher became actively involved in this issue, and collected over 7,000 signatures on the Acadian Peninsula in a period of just 2 months together with a few other residents. Therefore, an event was held by organizers in Tracadie, supported by SSNB, to discuss the spraying issue with great attendance. That evening Fredericton MLA David Coon, who had taken time out of his busy schedule to travel up to Tracadie on that Friday evening, received a total of 12,877 signatures that included the signatures collected by Amédée Boucher and another batch received by SSNB from all over the province. On December 2, 2016 another 566 signatures arrived in the mail to SSNB. The local Liberal MLAs refused to attend.

    "The people of the Acadian Peninsula refuse to be poisoned," said Amédée Boucher, responsible for having collected a bulk of signatures in that area, "but signing  the petition is only the first step. It'll take your presence on December 6, 2016 to leave a clear message to our politicians: enough is enough."

    Recent data from Maine Inland F&W, Quebec Chasse et peche, NSDNR and NBDNR shows that hunting numbers in NB are now 15% of what they were in 1985, whereas in Quebec the numbers have increased threefold and in Maine they have stayed relatively stable over the same period of time. The combination of increased clearcutting and glyphosate spraying of monoculture softwood plantations are eliminating a very large amount of deer food, removing enough browse to feed 32,000 deer each and every year.  People who live near or in the woods have noticed the effects on the deer population in New Brunswick themselves.

    Wildlife guide and woodlot owner Leo Goguen from Rogersville is out in the woods all the time and has stated this before,  "Our livelihood depends on hunting wildlife and fowl. Irving not only poisoned the meat we eat but destroyed multiple game habitat that this game depends on to reproduce and strive. We are losing revenue on recreational activities and our families are being robbed of healthy food.”  Leo has also felt the detrimental effects on his livelihood as a private woodlot owner.

    Northern New Brunswick is feeling the pain: “We at ÉCOVIE are very much preoccupied by what is being done in our forests”, says Clément Arpin, retired businessman from a value-added wood industry. “28% of all the forests sprayed in Canada are in NB and NB represents 0.7% of the surface of our country. This is a lot of pesticides sprayed all around us! Our beautiful mixed forests are being transformed into plantations....A monoculture is not a forest. We have to realize that a forest with diversity will bring diversity in jobs and a stability in our economy. We cannot extract maple syrup from a spruce tree. So why do we have to kill hardwood when those trees provided us a revenue increase of 1000% in the last decade as stated by our Prime Minister, Brian Gallant, on one of his visits in Kedgwick? We should work with the forest, put our people to work instead of working with pesticides and destroying our beautiful diversity.”

    MLA David Coon has been a long-standing champion for the cause to stop herbicide spraying of NB forests and hydro-power lines . On December 2, 2016, David Coon released this powerful statement: “ Stop the Runaway Clearcutting and Say Goodbye to Herbicide Spraying” http://greenpartynb.ca/en/8-news/1007-stop-the-runaway-clearcutting-and-say-goodbye-to-herbicide-spraying. This quote from his statement says enough: “Ours is one of only three Canadian provinces clinging to the practice, despite numerous petitions similar to the present one, and long-standing, vocal objections from our rural residents. They have a right to a safe environment, to live free of fear for their well-being and that of the wildlife inhabiting our forests.”

    “The fact that taxpayers are paying to spray our forests at a cost of $2.4M a year is just ludicrous”, says SSNB organizer Dr. Caroline Lubbe-D’Arcy. “On top of that, our forestry is creating less jobs than EVER before, which makes no sense. We need to bring thinning crews back to work. We have trained workers sitting at home so that an unsustainable forest management practice can exist. People could be working and contributing to our economy instead of being underemployed.”
     
    Please arrange to meet members of Stop Spraying New Brunswick and other New Brunswickers who are alarmed about the continued use of these sprays outside the legislature buildings on Tuesday December 6, 2016 at noon. All political leaders and MLA's are invited to attend and show support.

    Media contacts: (will be present at the event in Fredericton)
    Dr. Caroline Lubbe-D’Arcy, SSNB, Fredericton cell 506-292-7503 (English media contact)
    André Arpin, Écovie, Kedgwick cell: 506-284-0593 (French media contact)
    Amédée Boucher, Acadie Peninsula, cell: 709-792-4033
  • The Conservation Council has launched a petition and made it easy for you to send a letter to your MLA and Premier Brian Gallant on protecting our Acadian forest. Action Alert Deadline: April 2, 2015

    The petition and the letter asks our MLAs to support four actions for our forest:

    1. Modernized forest legislation that protects our waters and wildlife, ensures transparent forest management and creates a wider range of forest-based jobs;

    2. Giving back the primary source of supply to our mills to our woodlot owners who are struggling;

    3. Abandonment of the 2014 forest plan that New Brunswickers from diverse backgrounds, including conservationists, scientists, economists, woodlot owners and diverse forest users, oppose;

    4. Debate in the Legislature on the forest plan by supporting the second reading of MLA David Coon's forestry bill, An Act to Return to the Crown Certain Rights Related to Wood Supply and Forest Management.

    Please write a letter to your MLAand help us collect many signatures to our petition. Letters and petitions (hard copy originals only, no copies) must be returned to 180 Saint John St., Fredericton, NB E3B 4A9 by April 2.

    Thank you for taking action for our forest.
    Tracy

    Conservation Council of New Brunswick /
    Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick
    180 Saint John St.,
    Fredericton, NB
    E3B 4A9
    Tel: 506 458-8747
    Email: forest@conservationcouncil.ca

    www.conservationcouncil.ca
    www.acadianforest.ca

    Facebook: Save the Acadian Forest
    Twitter: @acadianforest
 © 2018 NBEN / RENB