• Despite the declaration in last Saturday’s Telegraph Journal, there are several folks willing to declare that Mount Carleton is not the toughest trail to climb in Mount Carleton Park. The trail up Mount Sagamook is definitely a much more challenging hiking trail. The trail is steep and rocky for most of the distance, if you hike up the right hand trail to the outcrops that are most often featured in photos of the park.

    On Friday, June 5th a group of hikers consisting NB Parks staff, a Friends of Mount Carleton representative and three members of a group named A for Adventure. “A for Adventure is all about inspiring people to get outdoors and experience adventure.” The members of the group endeavour to go on adventures, large and small, and by taking their message to the media, they hope to encourage others to get outside.

    In August 2013, Jan LaPierre and Graham Carter had just finished a 200 km plus kayak paddle to Cape Sable Island. “Paddle to Sable” raised funds and awareness to create a camp for kids struggling with mental health issues at Brigadoon Village. “

    On the trip home from their epic paddle, Jan began to recite a poem he was thinking up. He asked his friends if they could put together an adventure children’s book. They were all so enthused with the concept, that they stopped the car and went on a hike to discuss the idea. On that hike a book was born.

    “A is for adventure, as you will come to see.
    Like hiking or biking or climbing a tree,

    Or taking a plane to a far away land,

    Or a trip to the beach to play in the sand. “

    The idea took flight and currently their group includes not only Jan LaPierre and Chris Surrette, but a recent addition is photographer Brad Sayeau. Christopher Hoyt agreed to illustrate their book, “A is for Adventure”, which is due out this month.

    Meanwhile the group are taking in as many adventures as they can, in the hopes of encouraging folks young and old to get outside and see and experience the world around them. Many of their adventures are in our parks and last week they came to Mount Carleton Park, where they helped to paddle a large canoe on Little Nictau Lake and climbed Mount Sagamook. They agreed that the challenging climb was well worth the effort, once they took in the panoramic view offered from the iconic rock outcrops at the top of Sagamook. Despite the threat of rain, it held off until the group reached the parking lot at the foot of Mount Sagamook, insuring that all the camera gear was kept safely dry.

    When asked for his opinion of Mount Carleton Park, Jan LaPierre summed up his experience there by saying;”Mount Carleton Park is one of those places that can’t be summed up in words. And I’m so grateful for that. It’s a place that needs to be seen, but more importantly, felt. Where, because of its authentic beauty you can” let go.”

    Jan feels so passionately about his experiences in the park, that since his trip last Friday he has been talking about the park nonstop, to anyone who will listen. Jan’s only regret is that he had not come to the park sooner, but a return trip to the park is definitely in his near future.
    A for Adventure advocates for a fitter population by declaring; “Get outside and do any kind of adventure, large or small. Adventure can be right in your own backyard.”
    You may soon log on to their Facebook and website, to access more information and photos taken on their trip to Mount Carleton Park.

    John Connell Bernadette Michaud Ian Smith and Brigitte Donald from NB Parks
    John Connell, Bernadette Michaud, Ian Smith and Brigitte Clavette
    from NB Parks
    Labrador tea
    Labrador tea
    L R John Connell Jan LaPierre Chris Surette Brad SayeauIan Smith Brigitte Clavette Susan Mulherin
    L-R John Connell, Jan LaPierre, Chris Surette, Brad Sayeau,Ian Smith,
    Brigitte Clavette, Susan Mulherin
    Little Nictau Lake
    Little Nictau Lake
    Nature Paddle
    Paddle
    Outlook on Mount Sagamook
    Outlook on Mount Sagamook
    Purple trilliums on the trail
    Purple trilliums on the trail
    Stunted birch near the top of Mount Sagamook
    Stunted birch near the top of Mount Sagamook
    Sumi on the summit
    Sumi on the summit
    Top of the Mount Sagamook Trail
    Top of the Mount Sagamook Trail
  • Nous avons attendu plus d'un an depuisdes supporters de la SNAP ont fait part au gouvernement provincial de leurs commentaires sur une proposition pour de nouvelles aires naturelles protégées, qui représentent des forêts anciennes, des habitats sauvages vulnérables et des rivières sauvages situés dans tous les coins de la Nouveau-Brunswick.

    Plus d’une année s’est écoulée et la province n’a pas encore fait l’annonce de ce qui se produira avec ces aires proposées et pendant que nous attendons qu’une décision soit prise, les approbations de développement industriel avancent à grands pas.

    Nous avons besoin de votre aide pour nous aider à alimenter le feu, de façon à ce que ces aires protégées proposées ne soient pas éliminées du programme de la province. Veuillez prendre un moment immédiatement pour envoyer une lettre au ministre des Ressources naturelles, lui demandant l’état de ces demandes d’aires protégées proposées.

    Envoyer une lettre mainteant, ici: http://org.salsalabs.com/o/2463/p/dia/action3/common/public/?action_KEY=14747

    À l’heure actuelle, seulement 3 % de la superficie du Nouveau-Brunswick bénéficie d’une forme permanente de protection. Grâce à votre aide, nous pouvons remédier à cette situation.Agissez dès aujourd’hui !

    sweet spot small  

    Photo: R. Clowater/CPAWS NB - la rivière Restigouche

  • Connaissez vous les Lieux fantastiques de la Réserve de biosphère de Fundy de l’UNESCO?  




  • Communiqué de presse

    le 10 septembre , 2015

    Fredericton – Le plan d'élargissement d'un sentier pédestre qui remonte le plus haut sommet aux Maritimes et de l'ouvrir à l'usage par la motoneige au sein du seul parc sauvage désigné au Nouveau Brunswick : tout cela inquiète fortement la Société pour la nature et les parcs du Canada, section du Nouveau-Brunswick (SNAP NB) et les Ami(e)s du Parc provincial du Mont Carleton.

    « Ce n'est que récemment que nous avons appris ce projet de sentier pour le Mont Carleton, qui fait partie d'un plan d'augmenter les sentiers de motoneige dans le nord du Nouveau-Brunswick. Le gouvernement semble être prêt à accepter cette proposition sans une analyse environnementale ou sans consultation publique. On verrait donc un sentier pédestre remontant le Mont Carleton et dont la largeur serait doublée à 12 pieds et dont la voûte forestière au-dessus serait coupée à une hauteur de 12 pieds, » déclare Roberta Clowater, Directrice générale de la SNAP NB.

    « Ce type de développement va fragmenter l'habitat de la faune sauvage, y compris celui de l'orignal, du polatouche (écureuil volant) et de la martre d'Amérique. Un accès continu aux motorisés sur ce sentier va probablement compacter le sol, causant un ruisellement pluvial accéléré et de l'érosion. Le surfaçage des sentiers va encourager un accès accru par les véhicules motorisés qui pourraient les mener à continuer à monter jusqu'au sommet fragile de cette montagne. Cela est complètement inapproprié dans un parc désigné à l'état naturel, » ajoute Clowater.

    « Depuis plus de huit ans, les Ami(e)s du Parc provincial du Mont Carleton Inc. ont travaillé avec diligence afin de promouvoir, préserver et protéger le milieu sauvage naturel et les écosystèmes du Parc. Nous avons travaillé pour développer ce que nous pensions être une bonne relation de travail avec le Ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture. L'annonce de l'infrastructure d'un carrefour pour la motoneige est arrivée sans avertissement, ni consultation avec notre groupe, » déclare Susan Mulherin, Présidente des Ami(e)s du Parc provincial du Mont Carleton Inc.

    « Les Amis se sont engagés à travailler en collaboration avec le Ministère, tout en s'assurant que l'on maintienne l'intendance du parc, et que la protection de l'environnement, de l'habitat des animaux et le patrimoine soit reflétée dans toutes les politiques et programmes. Nous sommes préoccupés que dans ce cas-ci, cela ne se produit pas. Assurément, un compromis peut être réalisé qui respecte nos aires protégées et qui répond aux intérêts des motoneigistes, » ajoute Mulherin.

    Aucune discussion publique à savoir si un sentier de motoneige est compatible avec les sections les plus sauvages d'un parc à l'état naturel

    Le Parc du Mont Carleton est le seul « Parc provincial à l'état sauvage » qui a été classifié ainsi dans les révisions à la Loi sur les parcs en 2014. Ces mêmes révisions mandataient le Ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture à mettre au point des Plans de gestion des ressources pour les parcs provinciaux, faisant état des utilisations récréatives qui seraient compatibles avec la conservation des aires naturelles de ce parc.

    « Nous sommes très préoccupés que le Ministère pourrait considérer de prendre une décision irréversible, telle que celle-ci, avant que le Plan de gestion des ressources et le zonage connexe soient discutés publiquement et approuvés. Le Ministère est donc prêt, par le fait même, à décider que les véhicules motorisés sont permis dans les aires de conservation dans un parc à l'état naturel, ce qui va créer un précédent duquel il sera difficile d'en revenir.

    « Permettre des loisirs motorisés dans l'une des parties les plus sauvages d'un parc à l'état naturel n'est pas cohérent avec la gestion normale des zones sauvages dans ce type de parc à travers le Canada et les États-Unis. Si le sentier qui monte le Mont Carleton est surfacé pour utilisation par les motoneiges, cela va empêcher son utilisation par les gens qui veulent vivre une expérience de qualité en milieu sauvage en faisant de la raquette ou du ski de fond dans cette partie du parc, » affirme Clowater.

    « Il est important pour les touristes, qui sont attirés par les zones sauvages, que le marketing du Parc provincial du Mont Carleton en tant que destination de nature sauvage soit appuyé par une gestion qui soit cohérente avec l'expérience de qualité en milieu sauvage, » ajoute Clowater.

    « Il s'agit d'un des premiers tests de la Loi sur les parcs révisée, que notre organisation avait applaudit comme étant un pas dans la bonne direction pour la modernisation de l'approche du Nouveau-Brunswick envers la gestion des parcs. Si le sentier est approuvé sans processus d'engagement du public ou d'analyse environnementale, selon nous le gouvernement aura échoué ce premier test de notre nouvelle législation, » explique Clowater.


    La SNAP recommande que le gouvernement provincial prenne le temps d'évaluer les impacts potentiels de ce projet, d'entamer des consultations avec le public et les parties prenantes, et ensuite déterminer si le Mont Carleton est un endroit approprié pour un tel développement.

    -30-

    Pour plus d’information:

    Roberta Clowater, rclowater@cpaws.org; 506-452-9902



    SNAP est la voix pour la vie sauvage et les parcs pour Nouveau-Brunswick. Pour plus d'information sur SNAP NB et notre travail de conservation, s'il vous plaît visitez : www.cpawsnb.org
  • (Fredericton) – Le 16 février, Roberta Clowater, Directrice générale de la section néo-brunswickoise de la SNAP, présenté une liste de noms au Premier ministre Alward, à l’Edifice du Centenaire ; une liste des noms de plus de 10 000 Canadiens et Canadiennes qui lui demandent de protéger au moins 10 % du dernier plus grand bassin versant sauvage de la province.

    La présentation de ce message de la SNAP aura lieu juste avant, et pour coïncider avec, l’aboutissement d’un nouveau plan pour les terres publiques (de la Couronne) par le Ministère des Ressources Naturelles du Nouveau-Brunswick.

    « Ce fut une inspiration pour nous de voir tant de personnes – surtout des Néo-Brunswickois et des Québécois – qui ont à coeur la protection de cette aire sauvage extraordinaire dans la Restigouche, et qui veulent s’assurer que ces valeurs soient protégées, » déclarait Clowater.

    La SNAP a fait valoir à la population que c’était l’occasion de protéger la Restigouche – fameuse pour ses rivières de saumon sauvage, ses montagnes de forêts brumeuses et sa faune sauvage – par l’entremise des médias sociaux, tel que Facebook, et en partenariat avec Mountain Equipment Co-op.

    « Le nombre de personnes qui ont répondu à l’appel renforce réellement notre message au Premier ministre Alward que la province doit passer à l’action dès maintenant pour protéger plus de nos zones sauvages, surtout celle de la Restigouche. Nous avons tâté le pouls de l’inquiétude du public vis à vis l’avenir des merveilleuses aires sauvages de notre province – et maintenant nous demandons au gouvernement de passer à l’action, » expliquait Clowater.

    « Il est inadmissible que le Nouveau-Brunswick se classe avant-dernier au Canada dans le pourcentage d’aires protégées, comparé aux autres provinces et territoires. On ne fait pas notre part égale pour protéger les zones sauvages et la vie sauvage, ainsi que les emplois importants en loisirs et en tourisme qu’elles soutiennent au Nouveau-Brunswick, » ajoutait Clowater.

    « Afin que le Nouveau-Brunswick s’approche de la moyenne canadienne, le gouvernement doit s’engager à protéger tout au moins 17 % des terres publiques (de la Couronne) de la province d’ici 2015, ce qui représenterait 8,5 % de la province. Ceci ferait en sorte que les sections les plus sauvages de la Restigouche et de la province soient protégées de manière permanente contre le développement et l’activité industrielle. »

    Présentement, seulement 3 % du Nouveau-Brunswick est protégé d’une manière permanente, comparé à presque 9 % des terres dans les autres provinces. La Nouvelle-Écosse s’est fixée une cible de 12 % de l’ensemble de la province d’ici 2015 et elle est bien en avant du Nouveau-Brunswick dans l’atteinte de son objectif.

    -30-

    Contactez: Roberta Clowater – 506-452-9902; cpawsnb@nb.sympatico.ca

    Pour plus d’information sur la SNAP ou sur la campagne pour la protection de la Restigouche, visitez lehttp://restigouchesauvage.ca ou www. cpawsnb.org


  • Pour la première fois depuis des décennies, la province demande votre opinion à propos de la Loi sur les parcs du Nouveau-Brunswick, la loi qui décide ce qui va se passer dans nos parcs provinciaux.

     

    En dépit des paysages éblouissants, de l’observation de la faune et des belles plages, la présente Loi sur les parcs ne fait même pas allusion à la nature, ni à la conservation !Nos demandes pour une révision ont réussi et il est important que le gouvernement entende de gens comme vous qui sont préoccupés par nos parcs provinciaux.

    Veuillez prendre un moment dès maintenant pour écrire une lettre pour les informer de ce que vous croyez être important d’inclure dans notre Loi sur les parcs. Les commentaires doivent être soumis avant le 13 septembre.

    Envoyer une lettre maintenant!

    Il nous faut une loi stricte qui va protéger les régions sauvages du Parc provincial du Mont Carleton, les plages de New River Beach, ainsi que tous nos autres trésors de parcs provinciaux. Grâce à votre aide, nous pouvons assurer un meilleur avenir pour nos parcs provinciaux.

    En solidarité pour la conservation,

    Roberta Clowater
    Directrice Générale, SNAP Nouveau-Brunswick

     

    Mactaquac kayaking

     

  • SSNB needs your support us as we step forward to let our voices be heard. Join us at the Legislature for the submission of the SSNB petition signatories. Bring your loud voice and all the signs, noisemakers and conviction you can muster.
 © 2018 NBEN / RENB